You are currently viewing TER : la direction générale déraille encore

TER : la direction générale déraille encore

Libération est revenu sur la crise interne qui sévit à la Société d’exploitation du Train express régional (SETER) où les délégués du personnel demandent le départ du directeur général, Patrick Tranzer.

Publicités

Au-delà de l’ingénieur réseau F.Z. Diop, limogée brutalement parce qu’elle n’arrivait pas à réparer le téléphone personnel du DG, ledit quotidien évoquait le cas de L. Camara, responsable comptable qui avait dénoncé un harcèlement moral venant de M. Burger, un consultant. Pour le punir, des demandes d’explications répétées (environ 63 mails) lui avaient été transmises.

Cela n’a pas suffi puisque Camara a reçu mercredi une 66e demande d’explication sur la base de données Gps de son véhicule de fonction. Pourtant, la loi est claire : s’il est admis que l’entreprise peut vérifier le temps de travail de son employé par l’utilisation des données de géolocalisation, ceci est subordonné à l’information préalable dûment notifié par écrit à l’intéressé. Ce qui n’a pas été le cas.

A LIRE AUSSI :   Maroc : Nokia, l'UNICEF et la Fondation Orange vont renforcer l'autonomie des jeunes

Pire, la direction générale de la SETER s’est ridiculisée puisque la demande d’explication portant sur des “absences” lors de la journée du… 4 avril 2022, c’est-à-dire la fête de l’indépendance du Sénégal, qui est chômée et payée. L. Camara a d’ailleurs saisi la Commission de protection des données personnelles (CDP) pour arrêter ce flicage alors que le collège des délégués du personnel est dans tous ses états.

Publicités

Laisser un commentaire