You are currently viewing Sonatel : une mafia siphonne près d’un milliard FCfa

Sonatel : une mafia siphonne près d’un milliard FCfa

Deux agents de la Sonatel et autant commerçants ont été déférés au parquet ce lundi 21 mars. Selon Libération, les deux premières, Ramatoulaye Sy, ingénieur commercial, et Martine Stéphanie, agent commercial, sont en poste à la Sonatel Boulevard de la République. Elles sont poursuivies pour association de malfaiteurs, escroquerie, faux et usage de faux, intrusion et corruption d’un système informatique et détournement de deniers publics.

Publicités

Les seconds, Saliou Faye et Mohamed Lamine Gueye, sont des commerçants au “marché Alizé”. Ils sont accusés de recel.

Les quatre mis en cause ont été envoyés au parquet à la suite d’une plainte contre X de la Sonatel. L’entreprise de téléphonie pointe des manœuvres de certains de ses agents permettant d’acquérir des téléphones haut de gamme (IPhone et Samsung) destinés à une catégorie de clients et payables par règlements échelonnés. Ces appareils sont ensuite vendus sur le marché. Les opérations frauduleuses remontent à 2020. Le montant du préjudice est estimé à 990 millions de francs Cfa.

A LIRE AUSSI :   Affaire Ousmane Sonko : Barthélemy Dias appelle à la mobilisation

L’enquête de la Division spéciale de cybersécurité (DSC) indique que sur ce montant, 287 millions 970 mille 800 francs Cfa sont passés entre les mains de Ramatoulaye Sy tandis que sa collègue, Martine Stéphanie Bocandé, aurait reçu 149 millions 977 mille 350 francs Cfa.

Lors de son interrogatoire, Ramatoulaye Sy a reconnu les faits. Elle précise qu’en 2020, avec sa collègue, elles utilisaient le système d’informations de la Sonatel pour enregistrer des téléphones portables haut de gamme au moyen de documents falsifiés notamment de faux Ninea et cachets.

Les appareils en poche, elles les écoulaient auprès des commerçants Saliou Faye et Mohamed Lamine Guèye, établis au «marché Alizé». Elles se partageaient ensuite à parts égales l’argent du forfait.

Les mis en cause contestent les montants

Martine Stéphanie Bocandé a confirmé la manœuvre. Dans sa confession, elle explique comment elle a plongé dans l’opération frauduleuse.

L’agent commercial rapporte qu’un jour Ramatoulaye Sy, après lui avoir prêté de l’argent, lui aurait confié pouvoir régulièrement disposer de liquidités grâce au trafic de terminaux haut de gamme. C’est ainsi qu’elle s’est mouillée. Si elles reconnaissent avoir fraudé, les deux collègues contestent les montants avancés. Ramatoulaye Sy affirme avoir tiré de ses manœuvres présumées 30 millions de francs Cfa tandis que Martine Stéphanie Bocandé jure n’avoir reçu «que» 20 millions. Les deux commerçants, eux, assurent avoir agi en toute bonne foi.

A LIRE AUSSI :   Diogo : une bande tombe pour trafic de fausses cartes grises

Tout ce beau monde devra s’expliquer devant le parquet. L’enquête suit son cours.

Publicités

Laisser un commentaire