You are currently viewing Risque de famine à Koutal Malick Ndiaye

Risque de famine à Koutal Malick Ndiaye

La saison des pluies s’annonce déjà à travers le pays. Dans les quelques localités touchées par les premières pluies, les paysans sont dans les préparatifs de leurs champs. Au même moment, les populations de Koutal Malick Ndiaye, dans la commune de Ndiaffat (Kaolack), ne savent pas où cultiver.

Publicités

Le 28 avril dernier, le président Macky Sall a annoncé l’abrogation du cadre juridique (loi n°76-03 du 25 mars 1976) relatif au statut spécial des villages de reclassement social dont Koutal Malick Ndiaye. Mais les problèmes perdurent toujours.

“Le village de Koutal Malick Ndiaye se trouve dans une situation très critique par rapport à la prochaine saison hivernale. Puisque peinant toujours à identifier les terres cultivables que l’État leur avait promises depuis 1976”, a alerté Omar Ndiaye, responsable des jeunes unis pour la défense des intérêts de Koutal Malick Ndiaye.

“D’après la loi n°76-03 en son article 5, il est écrit noir sur blanc que chaque village comprend une zone d’habitation proprement dite et l’ensemble des terrains nécessaires à la réinsertion sociale des lépreux guéris peuvent s’installer avec leurs familles et proches. En plus de cela, il est clairement dit dans l’exposé des motifs que l’État doit les installer sur des terres cultivables, les occuper sur les plans matériels et les entraîner aux activités agricoles et artisanales afin de leur assurer une vie autonome. Plus de 470 ha sont récupérés par les Eaux et Forêts. Aujourd’hui, ils sont sans espaces à cultiver c’est dire qu’on va vers la famine. Donc vu la crise mondiale, nous, les habitants de Koutal Malick Ndiaye, sommes dos au mur. Nous interpelons les autorités locales et administratives à apporter une solution à ce problème et nous protestons pour la levée de toutes formes de stigmatisations dont nous  souffrons”, a-t-il ajouté.

A LIRE AUSSI :   Affaire Ousmane Sonko : le magasin de Auchan Liberté 6 saccagé

Ndiaye Kébé BIAYE

Correspondant à Kaolack

Publicités

Laisser un commentaire