You are currently viewing Recettes tirées de l’exploitation du pétrole et du gaz : Moustapha Ba annonce 51,9 milliards FCfa en 2023

Recettes tirées de l’exploitation du pétrole et du gaz : Moustapha Ba annonce 51,9 milliards FCfa en 2023

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post comments:0 commentaire

Adopté vendredi passé par les députés, le projet de budget 2023 du ministère du Développement industriel et des Petites et moyennes industries est arrêté à 231 892 105 820 Fcfa en autorisations d’engagement et à 12 305 096 820 Fcfa en crédits de paiement. Lors du passage en commission, Moustapha Diop, qui défendait son budget, avait à son côté Moustapha Ba qui a saisi l’occasion pour faire des précisions. En effet, selon le ministre des Finances et du Budget, des progrès significatifs, jamais enregistrés avant, sont à mettre à l’actif des programmes d’investissements publics de ce secteur.

Publicités

Il a dit, par ailleurs, que l’Industrie est un secteur où les investissements publics de l’Etat offrent l’occasion de créer un cadre d’impulsion propice à l’investissement privé, étant entendu qu’un seul investissement dans le secteur pétrolier et gazier est susceptible de générer beaucoup de milliards.

Le ministre a toutefois fait remarquer que des efforts pourraient être faits, car il est impératif de renforcer, notamment, les crédits de l’Ita, qui a un budget de plus d’un milliard et des ressources propres de 1,6 milliard Fcfa. Il a aussi fait noter qu’il est possible d’activer certains leviers pour accompagner les Pmi et les entreprises en difficulté, d’où la mise en place d’un Fonds logé au ministère du Commerce, de la Consommation et des Pme au sein duquel il y a une cellule «entreprises en difficulté ».

A LIRE AUSSI :   Covid-19 au Sénégal : 7 décès, 575 infections, 211 guéris

Moustapha Ba a aussi précisé que l’option de l’Etat n’est pas de se substituer au secteur privé. Ensuite, poursuivra-t-il, il s’agit d’une question de nomenclature, quand l’on s’aperçoit que, mise à part la construction projetée de l’Unité de production de vaccins contre la fièvre jaune qui est aussi l’un des investissements à coût de milliards dans le cadre de l’industrie pharmaceutique, la Sonacos et la Sodefitex sont, par exemple, des industries qui pourraient voir leur tutelle valablement assurée par le ministère de l’Industrie.

Moustapha Ba indiquera que, pour 2023, la croissance de 10,1% projetée dans la loi de finances sera certes portée par les réformes, mais pour la première fois l’Etat du Sénégal pourra compter sur des recettes tirées de l’exploitation du pétrole et du gaz. Elles sont évaluées à 51,9 milliards. Il précisera, en plus, que sur le plan économique, le secondaire va contribuer à cette croissance à hauteur de 22,4%, le tertiaire pour 6,7% et le primaire pour 4,9%.

A LIRE AUSSI :   Covid-19 au Sénégal : 2 décès, 43 cas positifs, 120 guéris

Sur l’écart de 2 points entre les projections du Fonds monétaire international (Fmi) et celle du gouvernement, il a rappelé que le Fmi considère que la production pétrolière peut basculer du dernier trimestre à janvier 2024. Toutefois, en dépit de ce taux de croissance projeté par Fmi, le Sénégal est placé premier sur les 48 pays africains au sud du Sahara, conclura-t-il.

Libération

Publicités

Laisser un commentaire