You are currently viewing Niokolo Koba : le cri de coeur du conservateur

Niokolo Koba : le cri de coeur du conservateur

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post comments:0 commentaire

Avec 913 000 hectares, le parc Niokolo Koba a connu son statut actuel en 1954 avant d’être déclaré patrimoine mondial de l’UNESCO et réserve de la biosphère en 1981. Il s’agit-là d’un sanctuaire naturel se situant entre les régions de Kédougou, Kolda et Tambacounda.

Publicités

Aujourd’hui, constate L’Obs, le parc est victime de l’exploitation abusive des espèces par les braconniers. Même si le conservateur Jacques Gomis concède qu’on ne peut pas anéantir le braconnage au stade zéro. Ici, poursuit-il, l’État a mis en place a mis beaucoup de moyens pour réduire cet aspect négatif via un recrutement de 200 agents l’année passée et 100 qui ont entrain d’être recrutés.

Le braconnage contribue à réduire le tourisme comme c’est le cas depuis 2020. Mais l’autre facteur bloquant, l’apparition de plantes dites Mimosas Prigras – beaucoup de marres sont impactées – et l’envahissement d’une partie de la faune par des orpailleurs.

Le conservateur estime vu que l’État a pris le taureau par les cornes, le parc se portera mieux d’ici 2023. De plus, la Fondation Office Chérifien des Phosphates au Maroc, appuyé techniquement par l’Université polytechnique Mohamed VI, a offert beaucoup de matériel.

Publicités
A LIRE AUSSI :   Un homme d'affaires tombe avec 148 faux passeports, son client congolais arrêté à Rosso

Laisser un commentaire