You are currently viewing Matar Ba : “Il faut décortiquer le message des Sénégalais

Matar Ba : “Il faut décortiquer le message des Sénégalais

Avec le recul, le ministre des Sports a analysé froidement les résultats des élections législatives du 31 juillet dernier. La coalition Benno Bokk Yaakaar tout comme l’inter coalition Yewwi-Wallu tirent chacune la couverture de son côté.

Publicités

Interpellé hier en marge de la remise de drapeau en direction des Jeux de la solidarité islamique, d’emblée, Matar Ba précise : “Je ne parle pas de cohabitation car d’après ce que j’ai comme informations, nous n’allons pas vers ça.”

“Au niveau national, assure ensuite le maire de Fatick, nous aurons la majorité pour conduire la politique du président de la République. Il n’y a pas de Sénégalais de Dakar, Diakhao ou Fongolemi. Les Sénégalais continuent de faire confiance au régime. Toute mon énergie, je l’utilise pour accompagner le chef de l’État. Ils (les leaders de l’opposition) ont le droit d’avoir leurs positions mais ce qui est sûr est que nous sommes habitués à entendre certains discours qui ne font qu’essayer de faire dans la manipulation. Les procès-verbaux des départements, contre-signés par l’ensemble des coalitions, feront foi. C’est le seul document valable. Tout le reste n’est que spéculation.”

“Les gens ne sont pas en train de sanctionner le président de la République”

Matar Ba ne nie pas la percée de l’opposition. Et de s’expliquer : “Plus on avance, plus les préoccupations et la mentalité changent. Il faut corriger pour ne pas voir une majorité qui s’effrite. Le jeu démocratique, c’est une compétition et il y a des paramètres qu’on ne maitrise pas. Mais quand on a fini, il faut avoir une bonne lecture de ce qui s’est passé pour corriger, se renforcer.”

A LIRE AUSSI :   Rwanda : la Baskeball Africa League lance sa saison en mai

“Les populations nous ont dit leurs préoccupations. Je pense que chacun, même nous qui avons gagné, doit faire une analyse de ce qui s’est passé. Quelque soit nos réussites, il faut avoir la capacité d’écoute pour décortiquer le message des Sénégalais. Les gens ne sont pas en train de sanctionner le président de la République. C’est nous même qui sommes à la base, qui devons avoir des relations de complicité avec les populations avant les élections. Qui ne se jouent que sur un moment. Toute l’année, on est avec ces populations. Si on n’est pas connecté avec elles, il y aura toujours des difficultés. Aujourd’hui, même si nous gagnons à 80 %, il y a des choses à corriger. Il faut avoir le discours et la démarche qu’il faut pour entretenir l’espoir. Sinon, si la dynamique se casse, les gens voudront que le responsable politique dégage et ils voteront les yeux fermés”, a-t-il terminé.

Publicités
A LIRE AUSSI :   ITFC : première transaction de Confirmation de Lettre de Crédit

Laisser un commentaire