You are currently viewing Lutte contre la privatisation de l’eau : la solution d’un activiste camerounais 

Lutte contre la privatisation de l’eau : la solution d’un activiste camerounais 

Younoussou Abbosouko milite au sein de l’African centre for advocacy. À Dakar dans le cadre du Forum alternatif mondial de l’eau, il a donné l’exemple de son pays.
“En 2008, on a fait croire aux gens que la privatisation était une solution. Ce qui n’a pas été le cas. Les infrastructures promises n’ont pas été réalisées, le prix de l’eau a augmenté. Les femmes, enfants, filles et personnes vivant un handicap étaient les plus affectés”, a-t-il expliqué. La concession avec la Cameroon Water Utilities a pris fin en octobre 2018. Lui et ses camarades avaient pris bonne note de la leçon venue du Nigéria. “On l’a fait selon le contexte camerounais en demandant aux populations combien de personnes savent que l’eau est un droit humain. Car le secteur privé abuse de notre inconscience par rapport à notre droit. D’où le travail de sensibilisation. Ceci fait, on a identifié les différents groupes – syndicats, religieux, société civile – et créé une coalition pour partager l’idée commune”, a-t-il dit.
La difficulté était de se faire entendre au niveau étatique. L’organisation de marches n’était pas possible, comme au Nigéria. Ils ont donc organisé des réunions, fait du lobbying avec des membres du gouvernement non sans impliquer les partenaires internationaux.

“Au Cameroun, le gouvernement réagit quand un problème est soulevé à l’extérieur. C’est comme ça qu’on a pu faire entendre notre voix. Quand on mène un combat du genre, il est important de prendre en compte le contexte national et implémenter les solutions. Mais le défi est de faire reconnaître le droit à l’eau dans la Constitution comme c’est le cas au Kenya”, a avancé Abbosouko.
L’activiste reste tout de même vigilant. La menace d’un retour des privés plane. Il cite les groupes Veolia et Suez. “Le secteur privé utilise une nouvelle technique en créant des problèmes entre la société qui gère l’eau et le ministre de tutelle pour venir se présenter comme un sauveur”, alerte-t-il de nouveau.
Publicités
A LIRE AUSSI :   Afrique : les médias sociaux des PME aident à nourrir la croissance économique

Laisser un commentaire