You are currently viewing Le bonheur d’être heureux (par Mary Teuw Niane)

Le bonheur d’être heureux (par Mary Teuw Niane)

Le week-end mon esprit fainéant implore la quiétude

Publicités

Lorsque mon corps allongé sur mon lit-bureau force au travail

Défile l’image triste de ce vieil homme trouvé mort pendu à un arbre

Je vois, les yeux dégoulinant de larmes, cet enfant que ses parents ont assassiné

J’entends les atrocités mortelles subies par l’adolescente-étudiante loin de sa famille

Je suis triste de regretter les époques révolues où le suicide rare lavait à jamais le déshonneur

Aujourd’hui, nombreux, ils trépassent chaque semaine qui passe installant le déshonneur

Le meurtre lâchement prémédité gangrène notre société cupide

L’individu avide de biens, sans foi ni loi, marche implacable sur les familles et les communautés

Le voleur prend plaisir en volant à tuer sans raison

Le violeur n’assouvit plus seulement ses fantasmes malsains, il tue aussi sa victime

La jeune femme, après un plaisir caché, n’hésite plus à tuer le bébé innocent

Le marabout satanique, du haut de ses incantations hallucinantes, décrète la mort de la gamine

A LIRE AUSSI :   Euro - Angleterre : Maguire heureux et ambitieux

Le prix de l’accession aux fonctions tant attendues

Le week-end est propice, pour l’éducateur apaisé, à regarder serein notre société frénétique

Les riches n’habitent plus avec les pauvres, ils se terrent effrayés dans des cités emmurées

Le professeur, malgré son salaire, ne distribue plus généreux son savoir à ses élèves, il le vend

L’agent municipal délivre, sans entrain, le bulletin de naissance contre un billet de banque

La sage-femme colérique terrorise la femme effrayée par son accouchement incertain

Le policier hargneux, le sifflet strident, n’attend que l’argent que cache le permis de conduire du chauffeur de l’Allô-taxi

Là-bas, dans son bureau cossu, le directeur véreux reçoit sa mallette d’un marché licite

Grand mécène, chanté par les griots, il construit mosquées, dispensaires et, à grand bruit, aide les nécessiteux

Mon week-end est malheureux

J’ai vu ces bébés parqués dans un sous-sol quelque part dans cette Ukraine à feu et à sang

A LIRE AUSSI :   Élections locales du 23 janvier : le Parti socialiste engage la bataille

Je ne pouvais pas imaginer que la gestation pour autrui était éthique et autorisée

Où allons-nous dans ce monde où les bonnes consciences repues assassinent homme, femme, papa, maman et famille

Demain aurons-nous des usines de jeunes femmes porteuses pour couples contre natures

Après demain, des porcs génétiquement modifiés, porteront les fœtus désormais fécondés In vitro

À force de regarder la télé, couché sur mon lit, mon week-end s’évanouit morose

J’abandonne mes journaux de la semaine à la marchande de cacahuètes toute heureuse

Je me rappelle la noix de coco que j’ai rapportée de Ndar, je bois son lait délicieux

Je déguste, dans mon bol de lait caillé, le fromage blanc onctueux que recouvre une fine couche de crème dorée

J’entends les pas mal assurés de Junior, mon petit-fils, heureux, il essaie de m’arracher à mes rêves

Le bonheur est furtif, sa force irrésistible vous envoûte, il vous rend heureux pour longtemps

A LIRE AUSSI :   Angers-Strasbourg (0-2) : Habib Diallo, héros de la soirée

Finalement, je suis heureux !

Publicités

Laisser un commentaire