You are currently viewing L’Afrique en tête des diabètes non diagnostiqués (OMS)

L’Afrique en tête des diabètes non diagnostiqués (OMS)

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post comments:0 commentaire

Selon une nouvelle analyse de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), seules 46 % des personnes diabétiques dans la région africaine connaissent leur statut. Ceci augmente le risque de maladie grave et de décès et aggrave la situation dans la Région qui affiche déjà les taux de mortalité dus à la maladie les plus élevés.

Publicités

Dans le monde, 55 % des personnes diabétiques connaissent leur statut. Dans la Région africaine, le manque de structures et d’équipements de dépistage, un nombre inadéquat de personnel de santé formé, l’accès insuffisant aux établissements de santé et le manque de sensibilisation au diabète constituent certains des obstacles au dépistage du diabète. Actuellement, 24 millions d’adultes vivent avec le diabète en Afrique. Ce nombre devrait augmenter de 129 %, pour passer à 55 millions de personnes d’ici à 2045.

Dans la région africaine, la proportion de décès prématurés dus au diabète (définis comme survenant avant l’âge de 70 ans) s’élève à 58 %, soit plus que la moyenne mondiale de 48 %. Le taux de mortalité normalisé en fonction de l’âge (un ajustement mathématique des différentes populations pour obtenir la même structure) pour le diabète est de 48 pour 100 000 personnes, dans la Région, ce qui représente plus du double du taux mondial de 23 pour 100 000 personnes. Dans la Région, seulement une personne sur deux vivant avec du diabète de type 1 – la forme la plus répandue de diabète pédiatrique – a accès à un traitement par insuline.

A LIRE AUSSI :   DIC/Après son audition, Fatima Mbengue placée en garde à vue

« L’un des principaux défis à la prise en charge du diabète est le manque de diagnostic. Sans dépistage, le diabète devient un tueur silencieux », a déclaré la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. « Alors que les pays font face à plusieurs obstacles pour s’attaquer au diabète, la hausse de la prévalence de la maladie est un rappel de la nécessité de renforcer les soins de santé, d’améliorer le diagnostic et l’accès à des médicaments qui sauvent des vies, ainsi que de donner la priorité au diabète en tant que défi majeur pour la santé. »

Cette année, la Journée mondiale du diabète, célébrée aujourd’hui sous le thème « Accès aux soins », appelle à un meilleur accès à des soins de qualité du diabète, ainsi qu’à l’importance de la prévention et de la riposte.

En mai 2022, les pays se sont accordés pour la première fois sur des objectifs mondiaux clés afin d’améliorer le dépistage du diabète, l’accès à des traitements et des soins équitables, complets, abordables et de qualité. Les objectifs, contenus dans l’Accord mondial sur le diabète de l’OMS, vise à obtenir que 80 % des personnes diabétiques soient diagnostiquées, et que 80 % des personnes diagnostiquées avec du diabète aient une bonne maîtrise de leur pression sanguine et de leur glycémie.

A LIRE AUSSI :   Covid-19 au Sénégal : 10 décès, 168 cas positifs

De plus, les pays doivent aspirer à garantir que toutes les personnes diagnostiquées avec du diabète de type 1 ont accès à de l’insuline à un coût abordable et sont en mesure de surveiller elles-mêmes leur glycémie. Par ailleurs, 60 % des diabétiques de 40 ans et plus devraient avoir accès à des médicaments permettant de faire baisser leur taux de cholestérol. Les personnes vivant avec du diabète ont un risque plus élevé d’hypertension, que les personnes sans diabète et sont plus susceptibles de développer du cholestérol, qui constitue un facteur de risque de maladie cardiovasculaire.

Pour les personnes diabétiques, l’accès à un traitement abordable, dont l’insuline, est essentiel à leur survie. Un accès limité à l’insuline met leur vie en danger. Dans les zones rurales du Mozambique, par exemple, l’espérance de vie d’un enfant vivant avec du diabète de type 1 est d’à peine sept mois. Le diabète de type 1 est dû à l’incapacité du corps à produire suffisamment d’insuline, une hormone qui régule le taux de sucre dans le sang.

A LIRE AUSSI :   Bruges : quel joli but de Krépin Diatta !

Entre 2011 et 2021, le nombre de cas de diabète de type 1 chez les enfants et les adolescents de moins de 19 ans a été multiplié par cinq dans la région, passant de 4 cas pour 1000 enfants à 20 cas pour 1000 enfants.

L’OMS appuie les pays africains pour améliorer leur prise en charge du diabète. En août 2022, les ministres africains de la santé ont adopté une initiative menée par l’OMS et appelée PEN Plus afin d’augmenter l’accès au diagnostic, au traitement et aux soins des maladies chroniques graves telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et les troubles mentaux et oto-neurologiques.

Publicités

Laisser un commentaire