You are currently viewing Kaolack : l’État bafoue le droit des personnes handicapées

Kaolack : l’État bafoue le droit des personnes handicapées

Les politiques de promotion et de protection sociale des personnes handicapées ont été, pour l’essentiel, guidées et sous-tendues par des dispositions internationales qui se sont révélées sans impact réel sur les cibles. Ce constat a amené le Conseil interministériel tenu par le gouvernement, le 30 octobre 2001, sur la prise en charge et l’intégration des handicapés, à recommander l’élaboration d’une loi d’Orientation Sociale devant servir de cadre à une politique publique en faveur de cette couche de la population particulièrement
vulnérable.

Publicités

“L’élaboration de la loi d’orientation sociale n° 2010-15 du 6 juillet 2010 relative à la promotion et à la protection des droits des personnes handicapées, est également une très forte revendication des associations regroupant des personnes handicapées et des institutions qui s’investissent dans la défense et la promotion de leurs droits. Nous avons pensé que cela apportera donc une réponse à cette demande sociale. Car elle prend en compte l’accessibilité de cette couche vulnérable, pour notamment accéder facilement au niveau des édifices publics ou privés. Malheureusement, au niveau de Kaolack, aucun service étatique comme la gouvernance, la préfecture, la police, la gendarmerie, le conseil départemental et la mairie etc.) ne dispose de rampes. Sauf au sein du service régional de l’action sociale et les établissements scolaires où cette loi d’orientation sociale est respectée”, a dénoncé Alioune Marone, manager général de l’Association Jokoo Sénégal Deutschland.

A LIRE AUSSI :   Il se tape une "niaarel" avec la tontine des commerçants

“Comme c’est une loi, son application doit être une obligation pour tous. D’ailleurs, ces chefs de service doivent prendre les écoles comme référence. La présente loi vise à garantir l’égalité des chances des personnes handicapées ainsi que la promotion et la protection de leurs droits contre toute forme de discrimination”, a expliqué ensuite Bara Lô, coordonnateur du Groupe de réflexion et d’action pour le développement du Sénégal (GRADES), face à la presse ce vendredi.

“Nous exigeons à ce que cette loi soit respectée au niveau des institutions – les mairies en étage, les services financiers au niveau des gouvernances, préfectures, collectivités locales afin de permettre à ces personnes handicapées de bénéficier de leur droit”, a suggéré M. Marone.

Ndiaye Kébé BIAYE

Correspondant à Kaolack

Publicités
A LIRE AUSSI :   Nietty Mbar : un corps sans vie retrouvé aux alentours d'un bassin de rétention

Laisser un commentaire