You are currently viewing Kaolack : le chemin de croix des femmes transformatrices de produits halieutiques

Kaolack : le chemin de croix des femmes transformatrices de produits halieutiques

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post comments:0 commentaire

Sis au marché aux poissons, le site de transformation des produits halieutiques de la ville de Mbossé Coumba Djiguène (commune de Kaolack) est l’un des poumons économiques. Beaucoup de femmes gagnent leur vie dans ce local qui se trouve aujourdhui dans un état de délabrement avancé.

Publicités

“Nous travaillons quotidiennement pour gagner nos vies dignement depuis presque une vingtaine d’années avec nos propres moyens. D’une manière artisanale sans assistance. Lorsque nous avons élevé la voix, nous avons eu un projet du service régional de la pêche dans le cadre de la construction d’un magasin de stockage de produits halieutiques pour éviter des pertes économiques que nous notons à chaque fois que nous produisons. Le chef du service régional de cette période nous a fait comprendre que nous allons bénéficier d’autres fours et des tables de séchage modernes qui vont remplacer nos tables artisanales. Malheureusement, jusqu’à présent, nous n’avons rien vu. Presque depuis le début éploré Khady Guèye, responsable de gestion dudit site.

A LIRE AUSSI :   Diourbel : les bureaux du tribunal cambriolés, du chanvre indien volé

En plus du retard, les grillages qui sont faits pour la clôture sont complètement gatés, ce qui facilite le passage des chochons qui détruisent ou mangent nos poissons séchés. À cela s’ajoute l’insécurité.

“Le site est à l’agonie. Les difficultés rendent le travail très pénible, ce que nous gagnions quotidiennement est 5 fois plus réduit. Presque moins de 2000 francs par jour”, a-t-elle ajouté.

Les femmes transformatrices de produits halieutiques exigent ainsi l’accélération des travaux de ce site afin qu’il retrouve son lustre d’antan.

Ndiaye Kébé BIAYE

Correspondant à Kaolack

Publicités

Laisser un commentaire