You are currently viewing Forum de Dakar : le Mali et la France se chamaillent encore

Forum de Dakar : le Mali et la France se chamaillent encore

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post comments:0 commentaire

C’est une sortie dont on pouvait tout attendre, sauf le fait de plaire à Ba­mako. Invitée à prendre part au Forum pour la paix et sécurité en Afrique de Dakar dont la clôture est prévue mardi 25 oc­tobre, la secrétaire d’Etat fran­çaise chargée du Développe­ment, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, Chrysoula Zacharopoulou, n’a pas été tendre avec les autori­tés de la transition malienne. Selon Sud Quotidien, dans son allocution lors de l’ou­verture, lundi 25 octobre de la huitième édition de ce conclave qu’abrite chaque automne la ca­pitale sénégalaise, elle a, publiquement, ac­cusé le régime de Bamako d’avoir relégué au second plan la lutte contre le jihadisme au profit de sa propre sécurité.

Publicités

« Face à des autorités maliennes qui ont décidé de privi­légier leur propre survie poli­tique au détriment de la lutte contre le terrorisme, les condi­tions politiques n’étaient plus réunies pour que la France continue de travailler aux côtés des forces armées maliennes », a-t-elle déclaré. Sans surprise, la réponse de Bamako ne s’est pas fait atten­dre.

A LIRE AUSSI :   La levée de l'immunité parlementaire de Sonko est illégale et inconstitutionnelle (MLD)

Lors de son intervention, mardi 25 octobre, à la plénière consacrée aux crises globales et souverainetés en Afrique, le ministre des Affaires étran­gères du Mali, Abdoulaye Diop, a qualifié le discours de Mme Zacharopoulou de « grande opération de relation publique mais qui manque de sincérité ». « C’était du politiquement cor­rect à entendre, mais c’est très loin de la réalité. Elle a indiqué que le régime à Bamako se bat pour sa survie. Je crois qu’un régime qui a une telle assise po­pulaire n’a pas à s’inquiéter pour sa survie. Le Mali se bat pour sa survie en tant qu’État. Et la survie de l’État malien a été menacée parce que la France à la tête d’une organi­sation internationale est inter­venue en Libye pour une opéra­tion dont on ne sait pas jusqu’à aujourd’hui l’objectif recherché », a-t-il lancé.

« Qu’est-ce qui a été fait pour gérer le service après-vente et éviter qu’une opération étrangère ne finisse par une déstabilisation de l’en­semble de la région », s’est-il in-terrogé avant de préciser que « la survie dont on parle, c’est la survie de nos États ».

A LIRE AUSSI :   Covid-19 au Sénégal : 2 nouveaux décès, 27 infections

La vieille, la représente fran­çaise au Forum de Dakar a indiqué que son pays ne compte plus se substituer aux forces armées africaines pour assu­rer la sécurité sur le continent. Cette idée a été bottée en touche par le chef de la diplo­matie malienne.

Publicités

Laisser un commentaire