You are currently viewing Développement du partenariat décentralisé : Artelia en visite de travail à l’ORSRE

Développement du partenariat décentralisé : Artelia en visite de travail à l’ORSRE

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post comments:0 commentaire

L’Organe de régulation du système de récépissé d’entrepôt (ORSRE) a reçu jeudi, en séance de travail, Laurent Fallous, directeur du développement International de la multinationale Artelia. La visite, présidée par le directeur général de l’ORSRE, Driss Junior Diallo, a porté sur les modalités de collaboration autour d’un business modèle à propos des objectifs du Système de récépissé d’entrepôt (SRE).

Publicités

M. Fallous a indiqué que ce partenariat permettra le développement et la promotion des infrastructures. De façon plus spécifique, Artelia pourrait mettre à profit son expertise pour concevoir, développer et intégrer des solutions pour la conservation, le stockage et le murissement des produits agricoles. Ce qui entre en droite ligne avec le mandat de l’ORSRE qui vient appuyer l’autosuffisance alimentaire au Sénégal dans les filières à forte valeur ajoutée, à travers des méthodes de stockage qui vont, d’une part, influer sur les techniques de production pour que les acteurs de la chaîne de valeur puissent investir dans la qualité et bénéficier d’une certification de leurs produits agricoles après agréage qualité, et d’autre part, permettre au producteur d’accéder à un financement sur garantie propre. En nouant de telles conventions, l’ORSRE assure aujourd’hui aux producteurs et à tous les acteurs du SRE l’inclusion financière, le financement du BFR, et cela va certainement intéresser le secteur de l’investissement agricole et infrastructurel. C’est ce que confirme Driss Junior Diallo.

A LIRE AUSSI :   Kaolack : le mouvement "Yëssal Kaolack" s'engage auprès de Rahma

“L’ORSRE est un outil financier innovant et performant en évolution permanente que chaque acteur des chaînes de valeur agricole, qu’il soit industriel, exportateur, producteur, commerçant, transformateur ou opérateur économique, devrait s’approprier. Nous sommes dans une phase de développement endogène et structurel et nous allons accompagner les acteurs du monde rural à travers des activités de conseil, d’appui, de renforcement de capacité et de mise en réseau pour un partenariat décentralisé et efficace”, a-t-il avancé.

Ndiaye Kébé BIAYE

Correspondant à Kaolack 

Publicités

Laisser un commentaire