You are currently viewing Début à Dakar de la 5e session des entraîneurs francophones

Début à Dakar de la 5e session des entraîneurs francophones

La cérémonie de lancement de la cinquième édition du stage
international de formation des entraineurs francophones a eu lieu ce lundi matin à l’Arène nationale (Pikine). Ce qui cadre avec le plan d’actions de l’Association francophone des Comités nationaux olympiques (AFCNO) mais qui a tardé à se concrétiser en raison de la pandémie de Covid-19. En cela, le vice-président du CNOSS, Ibrahima Wade, a remercié le CNOS français qui en assure le secrétariat général. Et qui, à travers Natacha, a assuré la coordination parfaite de la préparation.

Publicités

Pour Ibrahima Wade, cette session de formation traduit la constance de l’AFCNO, dans la quête permanente d’amélioration des compétences techniques des sportifs. Cela fait partie des grands moments de renforcement de capacités des cadres techniques pour amener les athlètes au plus haut niveau de performance. Sa particularité cette année est que c’est la première fois que ça se déroule en Afrique. Ce qui a permis d’accroître le nombre de stagiaires inscrits, et d’accueillir à Dakar, 35 stagiaires, au lieu des 20 habituels et de recevoir des auditeurs venant de plusieurs pays.

A LIRE AUSSI :   Covid-19 au Sénégal : 2 décès, 119 cas positifs

Il y a également ce souci de corriger le déséquilibre de genre existant dans beaucoup de pays au niveau des entraineurs et encadreurs sportifs. L’opportunité est saisie d’accorder une large place à des entraineurs et coachs féminins pour aller progressivement vers la réduction du gap constaté. Ainsi, toutes les 15 places réservées au Sénégal ont été accordées à des femmes.

“Vous aurez certainement compris qu’il s’agit d’un investissement dans la perspective des Jeux Olympiques de la Jeunesse Dakar 2026, l’Afrique devant accueillir pour la première fois un événement olympique, et la parité devant être respectée à tous les niveaux, à cette occasion”, a expliqué ensuite le vice-président du CNOSS et non moins coordonnateur général desdits JOJ.

La francophonie sportive compte beaucoup sur la qualité de ses
cadres. C’est pourquoi, nous attachons beaucoup d’importance à cette formation pour pourvoir des cadres techniques de haut niveau au profit de nos fédérations respectives. Une sélection serrée a été faite pour retenir les participants à la présente formation. Au regard du nombre important d’aspirants qui n’ont pu être retenus, je voudrais exhorter l’AFCNO à démultiplier les sessions pour permettre de créer une masse critique de
compétences techniques et permettre au sport francophone de rayonner davantage”, a-t-il signalé en présence du ministre des Sports, Matar Ba.

A LIRE AUSSI :   Ligue des Champions : le Raja de Casablanca neutralise Teungueth FC

Les experts de l’INSEP vont assurer cette formation. Et Dakar, de concert avec l’Agence française de développement (AFD), reste engagé dans une dynamique de renforcer à la fois les infrastructures sportives et de structurer du mouvement sportif, chantier qui s’inscrit dans la logique d’héritage des JOJ de 2026.

Publicités

Laisser un commentaire