You are currently viewing Crise de l’oignon au Sénégal : le monopole dangereux de SENEGINDIA et la Tartufferie du Prodac (par Amadou Ba)

Crise de l’oignon au Sénégal : le monopole dangereux de SENEGINDIA et la Tartufferie du Prodac (par Amadou Ba)

Le sac d’oignons vendu à 50000 FCfa à Touba, voilà la promesse d’autosuffisance alimentaire de Macky Sall. Le problème de l’oignon est méconnu des Sénégalais. Il y a actuellement un monopole extrêmement dangereux des Indiens via SenegIndia qui contrôle toute la filière jusqu’à menacer notre souveraineté alimentaire. SENEGINDIA dispose de centaines d’hectares pour cultiver l’oignon et achète en plus toute la production des petits producteurs.

Publicités

Grâce à ses immenses entrepôts réfrigérés, SenegIndia stock des milliers de Tonnes ; ce qui lui permet découler sa production au prix fort en bénéficiant en plus de l’interdiction d’importation des autorités tant que ses stocks ne sont pas épuisés.

C’est ce Système de monopole qui lui garantit sur une longue période de vendre le sac d’oignons à 9500f alors que les petits producteurs le cédait pour moitié prix.

Lles autorités auraient tardivement délivrés les autorisations d’importation d’oignons après l’écoulement des stocks de SENEGINDIA ; ce qui explique la rupture et la pénurie actuelles.

A LIRE AUSSI :   Mbao : un réseau de cybercriminels nigérians démantelé

Dans les marchés du Sénégal notamment Thiès, il est tout simplement impossible de trouver 1kg d’oignons. C’est la pénurie totale.

Les sacs d’oignons de Touba seraient issus d’une cargaison marocaine deroutée sur Dakar; d’où la flambée entre un kg à 2000f et 3000f ; soit 10 fois le prix normal.

On voit aujourd’hui la limite de la propagande des Domaines Agricoles Communautaires (DAC). Le Système qui coûte des milliards ne nous garantit nullement la sécurité alimentaire et encore moins la souveraineté alimentaire malgré les fumisteries médiatiques sur ses bons résultats.

Les Sénégalais pensent que SenegIndia, c’est juste la Série un Café Avec et du divertissement. C’est la sociaux qui contrôle beaucoup de secteurs stratégiques liés à notre souveraineté avec la complicité de nos autorités lâches et incompétentes.

La NATIONALISATION de nos terres agricoles est devenue une question de survie nationale.

Ps : Un très grand commerçant très respecté m’a fourni ces informations et demande de l’aide pour la filière.
Il me signale qu’il y a des conteneurs qui débarquent actuellement de l’oignon au Port. Dès demain la propagande gouvernementale va reprendre sur une crise d’approvisionnement liée à la guerre en Ukraine. Le problème restera toujours notre manque de souveraineté sur nos terres agricoles et le monopole des multinationales.

Publicités
A LIRE AUSSI :   Guy Marius Sagna sur son père : "La seule fois où j'ai vu ses larmes"

Laisser un commentaire