You are currently viewing Afrique : les épidémies des maladies évitables par la vaccination sont en hausse

Afrique : les épidémies des maladies évitables par la vaccination sont en hausse

L’Afrique est confrontée à une recrudescence des épidémies des maladies évitables par la vaccination depuis une année. Près de 17 500 cas de rougeole ont été rapportés entre janvier et mars 2022, soit une augmentation de 400 % par rapport à la même période de 2021. Vingt pays africains ont signalé des flambées de rougeole au premier trimestre de l’année en cours, soit huit pays de plus que lors des trois premiers mois de 2021.

Publicités

Les flambées épidémiques d’autres maladies évitables par la vaccination sont aussi devenues très courantes. 24 pays ont confirmé l’apparition d’un variant de la poliomyélite en 2021, soit quatre pays de plus qu’en 2020. En 2021, de nouvelles épidémies de fièvre jaune ont été notifiées dans treize pays de la Région africaine, alors que neuf pays l’avaient fait en 2020 et que trois pays avaient notifié de nouvelles flambées de fièvre jaune en 2019.

Les inégalités dans l’accès aux vaccins, les perturbations causées par la pandémie de COVID-19, y compris la forte pression sur les capacités du système de santé, ont bouleversé les services de vaccination de routine dans de nombreux pays africains et ont conduit à la suspension des campagnes de vaccination.

A LIRE AUSSI :   Relâchement des populations face à la Covid-19 : "Bet Sett" sur le terrain de la sensibilisation

« La recrudescence des épidémies des maladies évitables par la vaccination est un signal d’alarme. Au moment où l’Afrique œuvre sans relâche pour vaincre la COVID-19, nous ne devons pas pour autant oublier les autres menaces sanitaires. Les systèmes de santé pourraient être mis à rude épreuve non seulement par la COVID-19, mais également par d’autres maladies », a averti la Dre Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. Avant d’ajouter que : « les vaccins sont au cœur d’une riposte efficace en matière de santé publique et, à mesure que les pays rétablissent leurs services, la vaccination de routine doit être un élément essentiel de systèmes de santé redynamisés et résilients ».

Deux doses du vaccin antirougeoleux administrées dans les délais permettent d’obtenir une protection de longue durée contre cette maladie potentiellement mortelle. On s’attend à ce que les pays atteignent et maintiennent une couverture vaccinale antirougeoleuse de 95 % pour éliminer la rougeole.

Selon les estimations de l’OMS et de l’UNICEF, en 2019, six pays de la Région africaine ont atteint une couverture de 95 % de la première dose du vaccin contre la rougeole, tandis que trois seulement ont atteint cet objectif en 2020.

En vue d’élargir en urgence la couverture et de protéger les enfants, l’OMS et les partenaires fournissent un appui aux pays africains pour qu’ils puissent mener des campagnes de rattrapage de la vaccination de routine. Plus de 90 % des 38 pays africains qui ont répondu à une enquête mondiale déclarent avoir mené au moins une campagne de rattrapage de la vaccination de routine au cours du second semestre 2021.

A LIRE AUSSI :   Ziguinchor : un proche de Abdoulaye Baldé poignardé à mort

Certains pays ont réussi à intégrer d’autres campagnes de vaccination essentielle à la vaccination contre la COVID-19. Par exemple, le Ghana a intégré la vaccination contre la COVID-19 aux campagnes de vaccination contre la fièvre jaune en décembre 2021, dans le but d’enrayer une flambée épidémique survenue un mois plus tôt. Le Nigéria a lancé récemment une stratégie d’intensification de la vaccination qui sert de référence pour l’intégration de la vaccination de routine à la vaccination contre la COVID-19 pour les mères et leurs bébés.

Les campagnes de vaccination de masse stimulent également l’adoption du vaccin contre la COVID-19. Depuis le mois de janvier, la proportion des Africains entièrement vaccinés contre le virus est passée de 11,1 % à 17,1 %.

S’il est établi que les campagnes de vaccination de masse sont le moyen le plus rapide d’administrer un grand nombre de vaccins, l’OMS s’est tout de même engagée à apporter un appui aux pays afin de renforcer les services de soins de santé primaires essentiels de sorte que ces services soient capables d’administrer les vaccins anti-COVID-19. Les solutions à plus long terme seront probablement bénéfiques pour les communautés au-delà de la COVID-19.

A LIRE AUSSI :   LDC : Teungueth FC chute devant Mouloudia et compromet ses chances

« La vaccination de routine, une pratique établie de longue date dans de nombreux pays africains, a été mise à rude épreuve par les répercussions négatives de la COVID-19. Lorsque cette pandémie aura pris fin, nous nous engageons à accompagner les pays dans la conception d’approches innovantes pour intensifier la vaccination contre la COVID-19 et rétablir et étendre parallèlement les services de vaccination de routine », a souligné le Dr Benido Impouma, directeur du groupe organique Couverture sanitaire universelle/Maladies transmissibles et non transmissibles au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique.

Publicités

Laisser un commentaire