You are currently viewing Affaire des 2 milliards de Wade : vers l’inculpation de Cheikh Amar

Affaire des 2 milliards de Wade : vers l’inculpation de Cheikh Amar

À la suite de la plainte de Cheikh Amar qui s’est soldée par l’inculpation de Samuel Sarr, ce dernier ne s’est pas fait prier pour lui porter la réplique. La première plainte qu’il avait faite n’ayant pas eu de suite, l’ancien ministre de l’Energie sous Abdoulaye Wade a déposé une autre plainte contre le patron de TSE.

Publicités

Selon Les Échos, le Procureur qui a donné suite à cette plainte a fait un réquisitoire introductif demandant l’inculpation de Cheikh Amar pour tentative d’extorsion de fonds, faux en écritures privées et dénonciation calomnieuse. Samuel Sarr a renforcé sa plainte en produisant des documents pour prouver ses dires ainsi que la culpabilité de Cheikh Amar. Et manifestement, ce sont ces pièces produites qui ont convaincues le chef du Parquet. La balle est désormais dans le camp du juge Mamadou Seck.

En tout cas, à l’enquête préliminaire, les enquêteurs avaient constaté, dans leur procès-verbal, que «le créancier dans cette affaire n’est pas Papa Cheikh Amar (…) ; que Monsieur Samuel Sarr a été mandaté par Maître Abdoulaye Wade pour recouvrer sa créance et non pour demander de l’aide ; que Monsieur Amar a reconnu sa créance et a proposé un moratoire compte tenu de ses difficultés financières ; que des traites de garantie ont été déposées puis apurées par Monsieur Amar ; que toutes les sommes payées par Monsieur Amar ont fait l’objet de reçus et portées à la connaissance du créancier». Ce, entre autres constations. Cela conforte les conseils de Samuel Sarr que leur client ne doit rien à Cheikh Amar et c’est plutôt ce dernier qui doit de l’argent à Abdoulaye Wade, lequel avait mandaté Samuel Sarr pour le recouvrement. Il s’agit d’un montant de 7 milliards de francs que le patron de TSE doit, selon eux, à l’ancien président de la République (2000-2012). Mais, ce n’est pas tout, car, à en croire les robes noires, si le dossier a accusé du retard, c’est à cause de l’ancien procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye (2012-2021), qui avait fermé les yeux sur les preuves produites et demandé l’inculpation de Samuel Sarr.
Rappelons qu’il y a deux semaines, le juge d’instruction Mamadou Seck avait inculpé Samuel Sarr puis l’a mis en liberté provisoire pour le délit d’abus de confiance portant sur deux milliards de francs.

A LIRE AUSSI :   Gorée-GF (0-1) : comment Djibril Fall a déjoué le piège des insulaires

D’après le patron de TSE qui avait saisi la justice, Abdoulaye Wade qui était dans la dèche lui avait demandé de l’argent via son ministre de l’Energie. Il a remis deux milliards de francs à Samuel Sarr, mais cet argent n’arrivera jamais entre les mains de l’ancien président de la République. Il accuse l’ancien ministre de l’Energie de l’avoir détourné. Des accusations réfutées énergiquement par Samuel Sarr qui jure que ces deux milliards appartiennent à Abdoulaye Wade. L’instruction permettra d’élucider cette affaire.

Publicités

Laisser un commentaire