You are currently viewing Acquis et écueils de la zone maraîchère de Ngane Alassane

Acquis et écueils de la zone maraîchère de Ngane Alassane

Ngane Alassane, un des quartiers périphériques de la commune de Kaolack, a en son sein une zone maraîchère qui est aujourdhui le seul poumon vert de la région. Plus de 100 personnes y sont regroupées en coopérative.

Publicités

Ce périmètre de plus de 30 ha traverse des difficultés liées à l’accès à l’eau potable. “L’eau que nous utilisons pour l’arrosage de nos plantes pendant plusieurs années est complètement salée. Ce qui réduit la production. Nous enregistrons d’énormes pertes, environs 2 millions FCfa”, a déploré Cheikh Balla Diallo, secrétaire général adjoint de la coopérative des maraîchers de Ngane Alassane.

Malgré tout, cet espace agricole ravitaille les différents marchés de la région – Guinguinéo, Kaffrine, Gossas, Kaolack et même jusqu’en Casamance. Il contribue également à l’insertion des talibés qui étaient dans la rue pour avoir de quoi verser journalièrement aux maîtres coraniques. Il y a aussi des stagiaires étudiants venant de diverses contrées du pays.

Ici, le foncier reste une épine au pied. “Depuis des années, nous courrons derrière les autorités communales pour une délibération de l’espace vert de Ngane Alassane. C’est un blocage puisque nous ne pouvons bénéficier de certains avantages venant des bailleurs de fonds. Tous ces maires qui se sont succédés à la tête de la municipalité n’ont aucune vision pour valoriser ce site. C’est ce que nous dénonçons et invitons l’actuel maire (Serigne Mboup) à respecter ses promesses électorales allant dans le cadre de certains travaux au niveau de ce site”, a-t-il ajouté.

A LIRE AUSSI :   Cas graves : 100 médecins généralistes vont être formés (SAMU)

En attendant, la réalisation de mini-forages par le projet PROVAL-CV va changer les conditions de travail des maraîchers. Avec l’augmentation de rendements agricoles qui va désormais assurer la survie des populations de la région, surtout lors des fêtes de Korité ou Tabaski.

Ndiaye Kébé BIAYE

Correspondant à Kaolack 

Publicités

Laisser un commentaire

La publication a un commentaire

  1. Alassane sow

    Merci d’en faire une suite favorable vraiment