USA : A l’Ouest, du nouveau ! (par Adama Gaye)

Par où commencer ce matin? Sans doute par prendre le risque d’un espoir au milieu de la pénombre. Dans un monde qui tente difficilement de vaincre la pire pandémie qu’il a connue depuis mathusalem, la défaite électorale de Donald Trump constitue une bouffée d’oxygène dont on ne saurait minimiser la portée.

“America is back”, a dit hier son vainqueur, le 46eme Président des USA, Joe Biden, en dévoilant les membres de sa garde rapprochée pour diriger la première puissance technologique voire le principal leader du globe.

L’espoir que j’ai entendu et vu en suivant les premiers pas de celui qui prendra officiellement les rênes de l’Amérique le 20 janvier prochain vient à notre monde comme une bénédiction divine.
Pour le Sénégalais que je suis, il signifie que certaines anormalités ne seront plus snobées comme Trump le faisait froidement ces 4 dernières années.

Prenons des exemples. En nommant le gentleman diplomate John Kerry, qui fut le secrétaire d’état sous la précédente administration démocrate de Barack Obama, au poste de Tsar du Climat, il indique sa volonté de prendre à bras le corps un enjeu dont la gestion déterminera l’avenir de l’espèce humaine.

Cette question nous concerne au Sénégal. Passons sur les inondations sans fin. On peut les mettre sur le compte d’un régime qui ne travaille pas mais volé les deniers publics. Plus grave est l’empoisonnement par le déversement de déchets toxiques, empoisonnés, sur les côtes sénégalaises. J’en ai fait la révélation hier ici même. L’état du Sénégal a agi en criminel. Il a donné ce marché à un acteur sans foi ni loi. Et se cache dans in silence terrifiant quand par centaines des sénégalais sont contaminés et voient leurs corps remplis de mystérieux boutons.

C’est très grave. Aucun des blablateurs du gouvernement sénégalais n’en a soufflé mot hier lors de la conférence de presse propagandiste qu’il a tenu -Saba convaincre !

L’autre raison pour laquelle l’aube nouvelle qui se lève en Amérique nous importe, c’est qu’elle ne peut rester silencieuse face aux occurrences de tortures, d’arrestations illégales et de tueries extrajudiciaires qui rendent le Sénégal en État illégal et crapuleux.

Qui ne peut espérer qu’à la place de Mike Pompéo, le Secrétaire d’état sortant, plus CIA que diplomate, le nouveau patron de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, ne peut absolument pas fermer les yeux vis-à-vis de ce qui se passe dans les prisons sénégalaises.

Passons sur mon arrestation illégale, largement documentée, mon exil, et l’épée de Damoclès qu’un État bandit croit avoir le droit de mettre au dessus de ma tête.

Comment peut-il se taire en sachant que le mari d’une américaine, qui n’est autre que Assane Diouf, à été torturé, et certains disent violé, parce que des salauds, comme Omar Youm et Malick SALL, ont d’inné l’instruction pour perpétrer des actes inhumains au mépris de toutes les normes contre lui.

L’Amerique n’a pas le droit de se taire. Ni sur ces crimes contre les personnes. Ni sur les violations des règles démocratiques. Ni sur la nécessité d’une mutualisation des combats collectifs. Notamment la lutte contre les nouvelles pandémies, comme le Covid19; l’arrêt du réchauffement climatique; le pillage des finances planquées dans des paradis fiscaux.

On peut aussi citer la corruption, le terrorisme, l’ostracisme envers l’Iran, la migration internationale, la crise du multilateralisme et les regressions démocratiques.

Sans bien sûr oublier les risques liés à la cybercriminalité et à un monde virtuel dont les atouts ne sont ni maîtrisés tandis que ses excès restent méconnus.

L’espoir du monde doit venir du ton et de la teneur du message attendu de l’autre côté de l’Amérique.

Nous comptons sur son leadership moins pour nous donner de l’argent que pour créer le nouvel ordre post-libéral et remettre le monde autour de valeurs unificatrices. Afin que nous puissions, grâce à l’exemple impulsé du sommet aller ensemble à l’assaut des obstacles qui freinent et menacent l’avenir d’une humanité angoissée et pressée de voir en action la signification du retour de l’Amérique promise hier par Biden.

Le Sénégal serait le premier à fêter le redressement normatif des USA.

Adama Gaye

Le Caire 25 Novembre 2020

Sur le même sujet

Leave a Comment