Un procureur de la CREI escroqué de 20 millions par son neveu

Un véritable téméraire, c’est ce qu’est Mouhamadou Touré. Il n’a même pas vacillé en essayant d’escroquer son oncle. Surtout que cet oncle n’est pas n’importe qui. Abdoulaye Diagne en effet, est le très craint procureur spécial près la Cour de répression de l’Enrichissement Illicite (Crei). Traqueur de délinquants à col blanc, il s’est mis à traquer son neveu escroc. C’est ainsi qu’il l’a traîné à la barre des flagrants délits de Dakar, hier, pour la somme de 20 millions F Cfa.

Pour les faits pour lesquels l’oncle et le neveu ont soldé leurs comptes, il a résulté des observations du ministère public que courant avril 2020, Mouhamadou Touré s’était approché d’Abdoulaye Diagne et a proposé de lui vendre pour la somme de 47 millions une voiture de marque Porsche Cayenne. Très interessé par l’affaire, le magistrat a commencé à lui verser par tranches des montants jusqu’à hauteur de 20 millions.

Malgré tous les efforts, le magistrat ne voit ni véhicule ni rien. Quand il l’interpelle un jour, Mouhamadou Touré n’a trouvé comme excuse que de dire que le véhicule en question avait pris feu sur la corniche. Ainsi, le neveu est revenu à la charge pour lui proposer un autre véhicule. Le procureur ne se doutait pas une seule seconde qu’il est en train d’être roulé dans la farine à l’époque. De guerre lasse, Abdoulaye Diagne, qui n’a pas vu la couleur desdits véhicules, a décidé de porter l’affaire devant Dame justice.

Le neveu nie à la barre

Informés, les parents de son neveu ont sollicité sa clémence. Ils lui ont alors proposé un remboursement, en remettant la somme d’un million 700.000 F Cfa. N’empêche, le magistrat Diagne a poursuivi la procédure. Mouhamadou Touré est alors inculpé pour escroquerie portant sur la somme de 20 millions F Cfa. Mais, s’il avait reconnu les faits lors de son audition devant le procureur, hier, face au juge des flagrants délits, il les a contestés. Pis encore, il soutient avoir livré la voiture ; ce que la partie civile a réfuté dans sa plainte.

«Il m’a remis 20 millions et j’ai livré le véhicule. Mais, une semaine après lui avoir remis ledit véhicule qu’il a conduit, il m’a fait savoir qu’il produisait de la fumée. C’est là qu’on a requis les services d’un mécanicien. Et celui-ci nous a informé que c’est le moteur qui avait un problème. Mais, comme je devais recevoir un autre véhicule, je comptais le lui donner. Concernant les 20 millions que j’ai encaissés, je ne les ai pas utilisés. Je les ai envoyés au nommé Samir qui est à Paris et qui m’a donné mandat de vendre la voiture», a laissé entendre le prévenu, à qui le président de l’audience a rétorqué : «tu remets ladite somme à cet individu alors qu’il n’y a aucune traçabilité».

Pour toute réponse, le prévenu d’ajouter avoir donné à son oncle en guise de remboursement le montant de 1 million 700 .000 F Cfa en plus d’un bail sur lequel il est en train d’édifier des constructions.
Le plaignant Abdoulaye Diagne, absent à la barre, son avocat Me Abdou Dialy Kane a révélé durant le procès que son client, le procureur de la Crei Abdoulaye Diagne, n’était pas la seule victime de Mouhamadou Touré. Selon l’avocat, le prévenu a eu à escroquer de la même manière d’autres personnes.

«Mon client a été victime d’une escroquerie savamment orchestrée par le prévenu. Je note chez ce monsieur un courage extraordinaire. Il n’a aucun regret par rapport à ce qu’il a fait. Il n’a peur de rien. Il n’a aucune forme de limite et pense qu’il peut tout faire. Il l’a fait à plusieurs personnes et il le sait. Il a aussi escroqué plusieurs autorités. C’est extrêmement grave. Il faut qu’il soit arrêté. Je connais la partie civile. S’il est obligé de se référer à la justice, c’est qu’il a été poussé à bout. Il faut déclarer le prévenu coupable et comme il nous a remis le montant de 1 million 700.000 F Cfa, il faut nous allouer 18 millions 300.000 F Cfa. Nous ne réclamons ni plus, ni moins. Et vous fixerez la contrainte par corps au maximum», a plaidé Me Kane, qui estime qu’il y a une fausse qualité dans cette affaire, puisqu’il n’est ni propriétaire, ni mandataire.

Le procureur requiert 6 mois avec sursis contre le prévenu

Abondant dans le même sens, la procureure Adji Fatou Diouf, pour étayer l’infraction d’escroquerie reprochée au prévenu, a affirmé qu’aucun acte de vente n’a été versé au dossier, ni de contrat de vente. Au regard de ces observations, elle a requis à son encontre 6 mois de prison assortis du sursis.
Prenant la parole, le conseil de la défense, Me Abdoulaye Tall, n’a pas manqué de répliquer au conseil de la partie civile qui s’est attaqué à son client dans sa plaidoirie.

«Même si mon client n’est pas un modèle à suivre, il n’est pas un élément à abattre. Il a un contentieux avec un individu très proche, vu la manière dont il l’appelle à savoir ‘’Tons’’. Il n’est qu’un simple intermédiaire puisqu’il a reçu mandat du nommé Samir de vendre le véhicule.

Il a en guise de remboursement donné le bail sur lequel il a entamé des constructions en sus d’un véhicule estimé à 5 millions et que l’autre partie estime à 3 millions. Il est prêt à tout pour obtenir sa liberté. Je n’ose pas creuser davantage entre l’oncle et le neveu. Faites qu’il se retrouvent et discutent sérieusement autour d’une table», a tonné Me Tall qui a demandé la clémence du tribunal à l’endroit de son client, s’il estime que les faits d’escroquerie qui lui sont reprochés sont établis.

Le tribunal le condamne à 6 mois ferme et 18.300.000 à payer au procureur spécial Diagne

Malheureusement pour le conseil, le juge a condamné Mouhamadou Touré à 6 mois d’emprisonnement ferme, en plus de la somme de 18 millions 300.000 F Cfa à titre de préjudice qu’il doit payer à son oncle. Aussi, le tribunal a fixé la contrainte par corps au maximum contre lui.

Les Échos

Sur le même sujet

Leave a Comment