Trafic de passeports diplomatiques : l’enquête dément le ministre Aissata Tall Sall

Interrogée la semaine dernière sur le trafic présumé de passeports diplomatiques, Me Aissata Tall Sall avait évoqué des “hypothèses de trafic” tout en refusant d’y parler en profondeur au nom du principe de la séparation des pouvoirs, d’une affaire qui concerne l’Assemblée nationale et du respect du secret de l’instruction.

En clair, s’étonne Libération, la ministre des Affaires étrangères avait tenté de nier ce que ses propres services ont confirmé suite aux réquisitions des enquêteurs de la Division des investigations criminelles (DIC). Alors que l’enquête a révélé de graves «dysfonctionnements» et des «négligences».

Il s’agit bien d’un trafic de vrais passeports diplomatiques délivrés sur la base de faux documents, sans vérifications. Pis, les fonds de dossiers de demande des passeports en cause ne se trouvent pas aux Affaires étrangères, selon le procès-verbal de synthèse de la DIC.

Condé alias Kilifeu s’est rendu lui-même à plusieurs reprises aux Affaires étrangères pour accompagner les «épouses» et les «enfants» des deux députés lors de la prise d’empreinte. Les passeports diplomatiques ont été confectionnés sans la présentation d’une carte nationale d’identité valide.

Sur le même sujet

Leave a Comment