Sports et Covid-19 au Sénégal (par Mactar Ndiaye)

Il est aujourd’hui très facile que chacun veuille faire du sien le débat sur les mesures édictées par les autorités suspendant les activités sportives en général.

Il est aussi salutaire et sensé de suspendre le sport de loisir et de maintien pratiqué dans les salles, sur les terrains vagues et les plages.

Mais il serait désastreux par contre de suspendre le sport organisé.

Par contre, ce que j’ose déplorer (en tant que partie prenante), c’est l’inaction et la passivité de nos organisations sportives (fédérations, ligues et clubs) dans notre grande majorité sur la première période de gel des activités. Un leadership proactif aurait passer en revue les contraintes, analyser les risques et proposer un plan de contingence pour cette saison.

Nos organisations devraient être capables de mettre en œuvre un plan d’actions tout simplement comme on le fait dans les autres pays.

La mutualisation des ressources humaines et financières aurait pu commander une démarche uniformisée pour gérer une reprise tenant compte de la pandémie avec un protocole sanitaire précis, une organisation efficiente, des mesures sécuritaires maîtrisées et une logistique appropriée.

En lieu et place nous avons constaté un attentisme constant inhérent à l’amateurisme pur.

Nous aurions pu, à mon humble avis, anticiper sur la question de la reprise des compétitions en construisant un protocole spécifique viable pour la gestion de la pandémie au niveau club et au niveau organisationnel (compétitions).

Nous recommandons, parce qu’il n’est jamais tard pour se refaire, qu’un comité élargi intégrant les différentes spécialités intervenant dans notre écosystème, avec le support de l’état et des fédérations internationales , soit mis en place pour :

• Qu’une feuille de route et un plan de contingence soit proposé aux autorités.

• Qu’une cellule opérationnelle en charge de déployer la logistique et de faire respecter les mesures soit mise en place.

• Qu’une cellule de contrôle / suivi évaluation veille au quotidien au respect des procédures.

• Qu’une cellule Sanitaire s’assure que les personnels des équipes et de l’organisation soient testés régulièrement et mis en quarantaine en cas de positivité.

• Que les compétitions se déroulent à huis clos et avec un minimum de préposés à l’organisation.

L’ensemble des ces propositions peuvent être repensées collectivement et complétées par mes pairs dirigeants de club.

L’heure est à la conciliation et à la concorde productive afin que notre système sportif ne s’effondre pas.

Les enjeux sont importants et il en dépend de la survie de nos disciplines respectives.

Le sport est une économie qui résorbe le chômage en créant des emplois permanents ou temporaires , qui procure à la jeunesse une activité saine , qui éduque et forme les plus jeunes. Il faut nous prendre au sérieux.

And Liggey, Senegal Jëm kanam.

Sur le même sujet

Leave a Comment