Signature du contrat de construction du pont de Rosso

Après le pont sénégambien, une autre infrastructure va participer à l’intégration sous régionale : le pont de Rosso.

Les ministres Abdoulaye Daouda Diallo (Finances et Budget) et Mansour Faye (Infrastructures, Transports terrestres et Désenclavement) ont en effet procédé ce jeudi avec leurs homologues mauritaniens à la signature des contrats de construction.

Ce programme essentiel du corridor Transcôtier Tanger – Casablanca – Nouakchott – Dakar – Abidjan – Lagos, a pour ambition de favoriser l’interconnexion des réseaux routiers des deux pays, réduire la durée des voyages, accroître les échanges commerciaux et renforcer la cohésion entre les deux peuples.

Il servira aussi de trait d’union entre l’Europe et l’Afrique subsaharienne.

Le pont de Rosso qui sera érigé sur le fleuve Sénégal s’étend sur 1461 mètres de long pour une largeur de 14,55 mètres et 8 km de routes d’accès. Il est financé à hauteur 87,63 millions d’euros dont : 40,75 millions d’euros par la Banque Africaine de Développement (BAD) ; 22,30 millions d’euros par la Banque Européenne d’Investissement (BEI) ; un don de 20 millions d’euros de l’Union Européenne ; des contributions de 3,50 millions d’euros pour la Mauritanie et 1,04 million d’euros pour le Sénégal.

Les travaux vont démarrer au mois de juin pour une durée de 30 mois.

Sur le même sujet

Leave a Comment