Post Covid-19 : état des lieux sur les intentions d’investissement

Une enquête de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) sur les intentions d’investissement post Covid-19 des entreprises formelles apprend qu’un arrêt momentané d’activité a été constaté auprès de 27,4% des entreprises formelles tout en touchant 30,9 % des petites unités (30,9%).

Le phénomène est plus ressenti dans les secteurs des hôtels, bars et restaurants (50,2%), des services fournis aux entreprises (31,7%), des services personnels et divers (29,7%), du commerce (27,2%), des autres industries (25,5%) et des transports (24,3%). Il est motivé par la fermeture des frontières (36,6%), la fermeture des marchés, des écoles et des universités (33,0%), le problème de financement (32,0%), le problème d’approvisionnement en matières premières (28,0%) et les difficultés d’écoulement de la production (21,7%).

Aussi, à défaut de fermer momentanément, 5,4% des entreprises ont changé d’activité depuis mars 2020 pour s’adapter à la crise. Ce sont essentiellement les petites entreprises et les moyennes entreprises qui sont concernées par ce changement de branche d’activité. Près de la moitié (49,6%) des entreprises qui ont changé d’activité se sont orientées vers le commerce contre 42,7% vers les activités de services de soutien et de bureau. Les petites entreprises sont les plus nombreuses à s’orienter vers le commerce (51,4%) et les activités de services de soutien et de bureau (44,7%).

Pour ce qui est de l’évolution de l’activité, 60,9% des entreprises ont enregistré un repli des quantités produites. Cette baisse touche 59,7% des petites entreprises, 83,7% des moyennes entreprises et 37,6% des grandes entreprises. Pour les entreprises dont l’activité a évolué, 38,5% ont enregistré un repli situé entre 25% et 50% de la quantité produite. Elles représentent 25,0% à avoir subi un abaissement de moins de 25% de la quantité produite.

Quant aux entreprises qui ont connu un fléchissement des quantités produites entre 50% et 75%, elles représentent 28,4% des entreprises ainsi impactées. Concernant le reste des entreprises (7,3%), elles ont enregistré une chute de la quantité produite de plus de 75%.

1,5 milliard FCfa d’intentions d’investissement

La valeur moyenne des intentions d’investissement est de 1,5 milliard pour les grandes entreprises, 216 millions pour les moyennes et 36 millions pour les petites entreprises.

Les investissements sont motivés, en grande partie, par l’atteinte des objectifs de croissance (71,1%), l’amélioration de la compétitivité (66,3%), l’augmentation de la productivité ou de l’efficacité (59,0%) et la modernisation de l’entreprise (53,8%). Les intentions d’investissement des grandes entreprises sont plus motivées par l’amélioration de la compétitivité alors que celles des PME sont plus expliquées par l’atteinte des objectifs de croissance.

Parmi les entreprises qui ont l’intention d’investir, 9,7% ont déjà obtenu une partie ou la totalité du financement. Selon la taille, elles représentent 16,3% dans les grandes entreprises, 9,7% dans les petites entreprises et 5,1% dans les moyennes entreprises.

Cette enquête réalisée par l’ANSD, en partenariat avec le ministère de l’Economie, du Plan et de la Coopération, retrace la situation à fin juin 2020.

Sur le même sujet

Leave a Comment