Ousmane Sonko quitte la coalition Jotna

L’affaire de l’audience que le président Macky Sall a accordée à Boubacar Camara (Jenguu) et de la polémique qui s’en est suivie entre Bruno d’Erneville et Ousmane Sonko, a fait voler la coalition Jotna en éclats.

Du coup, le parti Pastef a décidé de quitter la mouvance qui a porté la candidature de son leader à la Présidentielle de 2019. Ce conformément aux dispositions de l’article 10 du Code de conduite du 14 juillet 2019, modifié.

Et de s’en expliquer dans une lettre : “Un bout de chemin a été parcouru avec la coalition Jotna et des liens noués avec les parties prenantes. Nous les en remercions ; les coalitions ont une vocation électoraliste et, par conséquent, doivent se nouer en perspective et à la veille d’élections, sur la base de convergences programmatiques solides et d’apport militant mutuel ; en dehors de ces périodes, les formations politiques doivent normalement reprendre leur liberté d’action et de ton et se consacrer à la consolidation de leur base militante par un travail de terrain, une communication et un échafaudage programmatique propres à chacune d’elles ; entre les échéances électorales, et dans un contexte de manœuvres politiciennes tous azimuts, le maintien d’une coalition (surtout d’opposition) peut constituer une lourdeur et un danger permanent pour toutes les parties prenantes, contrairement à un compagnonnage préélectoral qui se poursuivrait en cas de victoire ; la constitution de coalitions électorales n’a donc de pertinence et d’impact significatif que lorsque les parties prenantes ont satisfait au travail de massification et d’implantation et renforcé leur positionnement politique en échappant aux manœuvres évoquées ci-dessus.”

Les “Patriotes” de réitérer leur offre de fusion à toutes les parties prenantes de la coalition, offre déjà acceptée par une dizaine d’entre elles à ce jour.

Sur le même sujet

Leave a Comment