Médiation Macky-Sonko : Idrissa Seck pose ses conditions

Des notables du pays ont semble-t-il demandé à Idrissa Seck de mener une médiation entre le président MackySall et le député Ousmane Sonko. Le patron du Conseil économique, social et environnemental (CESE) accepte à condition que le leader de Pastef appelle ses  militants à cesser toute activité insurrectionnelle.

A ses yeux, ces troubles à l’ordre public résultent du refus de l’ex Inspecteur des Impôts de déférer à la convocation du juge du huitième cabinet, Mamadou Seck, mercredi passé.

“S’il sait que les accusations portées à son endroit par la citoyenne Adji Sarr sont infondées et ne sont que le résultat d’un complot à son encontre, je l’invite à faire ce que je fis en son temps. C’est-à-dire dire, déclarer solennellement, devant Dieu et les hommes que, jusqu’à l’extinction du soleil, aucune preuve ne viendra étayer les dites accusations. S’il ne le peut pas, je lui demanderai alors de se repentir, de demander pardon à sa famille, à ses militants et au peuple sénégalais et d’accepter avec dignité les conséquences des actes posés”, a-t-il proposé.

Appel aux patriotes sincères

Dans l’histoire politique, Mamadou Dia, Me Abdoulaye Wade, Amath Dansokho ou encore Macky Sall ont eu à être convoqués et même emprisonnés. Ousmane Sonko devrait affronter la justice pour prouver son innocence, selon le président de Rewmi.

Pour lui, Macky Sall, au vu de son agenda chargé, n’a pas le temps de convoquer un opposant plusieurs fois à Sweet Beauté. Ni de fomenter de sordides activités qui se seraient passées dans ce salon de massage. Une manière d’inciter les “patriotes sincères” à ne pas servir de bouclier à un quelconque gourou, à ne pas se laisser manipuler ni infiltrer par des intérêts encagoulés nationaux comme internationaux qui nourrissent le plan de déstabiliser notre régime.


Sur le même sujet

Leave a Comment