Mawlid 2020: Les musulmans célèbrent leur prophète dans un contexte particulier

La pandémie de Covid-19 et le contexte troublé dans le monde avec l’affaire des caricatures du prophète de l’islam rendent particulière la célébration du Mawlid de cette année.

La communauté musulmane s’apprête à célébrer la naissance du prophète Mouhamed. Cet évènement religieux, prévu dans la nuit de jeudi à vendredi, se tient dans un contexte de crise sanitaire qui n’a épargné aucune partie du monde. Au Sénégal, la pandémie de Covid-19 dessine déjà une célébration inédite. L’un des plus grands foyers religieux du pays, Tivaouane, ne recevra pas les milliers de fidèles qui y communiaient chaque année. Ainsi en a décidé le Khalife général des Tidianes, Serigne Babacar Sy Mansour, qui a demandé aux fidèles de célébrer le Gamou chez eux afin d’éviter tout risque de propagation de la maladie en se basant sur la jurisprudence islamique. La famille omarienne en a fait de même. Il n’y aura ni de Mawlid ni de ziarra annuelle.

Cependant, d’autres cités religieuses, à l’instar de Médina Baye, vont communier durant cette nuit dédiée au prophète de l’islam, en veillant au « respect du protocole sanitaire ». La communauté mouride n’est pas en reste. Elle célèbre l’évènement religieux à la grande mosquée de Touba, mais aussi à Massalikoul Jinane à Dakar, comme les précédentes éditions. Pour sa part, la famille Ndiéguène de Thiès a appelé les fidèles à rallier « Keur Mame El Hadji » pour vivre ensemble ces moments de ferveur.

Ndiassane est également dans le lot des foyers qui ont décidé d’abriter cet évènement. Par ailleurs, ce rendez-vous religieux se tient dans un contexte chargé où les esprits s’échauffent à cause de l’histoire des caricatures du prophète de l’islam et des déclarations jugées offensantes du président français Emmanuel Macron lors des funérailles de l’enseignant Samuel Paty, décapité pour avoir illustré son cours par des caricatures du messager Mouhamed. En réponse à « cet acte ignoble »,  M. Macron a déclaré « que la France n’arrêtera pas les caricatures ». Ces propos ont soulevé une vague d’indignations de la Umma islamique, notamment de la part du président turc Recep Tayip Erdogan. Des pays du Moyen-Orient ont même appelé les musulmans au boycott des produits français.

Au Sénégal, certains chefs religieux ont fustigé cette sortie contre celui qui est le directeur de conscience de deux milliards de musulmans dans le monde.

Le Soleil

Sur le même sujet

Leave a Comment