Marché du refroidissement des datacenters : Vertiv classé leader mondial

Fournisseur mondial d’infrastructures numériques critiques et de solutions de continuité, Vertiv (NYSE : VRT) a été classé par le cabinet de recherche technologique Omdia comme le plus grand fournisseur mondial de solutions de refroidissement pour les datacenters, un marché qui continue à subir des changements et des innovations.

Selon les dernières données, les technologies de rejet de chaleur telles que la détente directe (DX), l’eau glacée et le refroidissement par évaporation, continuent de dominer le marché tout en devenant plus durables. De plus, de nouvelles technologies, telles que des formes de refroidissement liquide, devraient se développer à mesure que les opérateurs de datacenter cherchent à améliorer encore leur efficacité et à engager des opérations avec des calculs de plus en plus intensifs en énergie.

Dans le rapport d’Omdia, Data Center Thermal Management Report 2020, publié fin 2020 et basé sur des données recueillies en 2018 et 2019, l’on constate ainsi que Vertiv détient une part de 23,5% du marché mondial du refroidissement des datacentres, soit plus de 10% au-dessus de son principal concurrent. Le marché de la technologie de refroidissement des datacenters devrait passer de 3,3 milliards de dollars en 2020 à plus de 4,3 milliards de dollars en 2024, selon Omdia.

Vertiv est également en tête du marché mondial des technologies de refroidissement périphérique avec une part de marché de 37,5%, soit plus de 20% au-dessus du deuxième fournisseur le plus important.

En plus d’analyser la position sur le marché, l’étude donne un aperçu et des précisions sur l’évolution de la technologie de refroidissement des datacenters. Les technologies établies, telles que les groupes de production d’eau glacée et le refroidissement périphérique, continueront à représenter une grande partie du marché.

Ce qui justifie l’évolution

Pour Omdia, le split DX reste la principale forme de rejet de chaleur dans la gestion thermique des datacenters, mais l’eau glacée et le rejet de chaleur par évaporation gagnent du terrain. En outre, la tendance des fournisseurs de services cloud et de colocation a connu une forte accélération, entraînant une croissance à deux chiffres pour les unités de traitement d’air (AHU). Il prévoit également une forte croissance des modes de refroidissement liquide – immersion et transfert direct sur microcircuit – qui devraient doubler entre 2020 et 2024.

Plusieurs facteurs contribuent à cette évolution, notamment l’augmentation de la consommation électrique des processeurs et des serveurs, la progression du Edge, l’augmentation de la densité dans les baies, ainsi que les exigences en matière d’efficacité énergétique et de pérennité.

“Le marché du refroidissement des datacenters est en passe d’atteindre un point d’inflexion. Actuellement, les produits et solutions de climatisation à air existants stimulent la croissance mais sont limités par leur capacité à refroidir des densités de baie de 10 kW et plus. De nouvelles technologies, de nouveaux produits et de nouvelles conceptions arrivent sur le marché pour aider à soutenir ces déploiements à haute densité et des opérations plus efficaces, ce qui entraînera une évolution de la dynamique du marché jusqu’en 2024”, a dit Lucas Beran, principal analyste de la division Cloud and Data Center d’Omdia et auteur du rapport.

“Des objectifs d’efficacité et de durabilité”

Giordano Albertazzi, président EMEA de Vertiv, de relever de son côté : “La position de leader de Vertiv dans le domaine de la gestion du refroidissement prouve que nos clients apprécient notre expertise dans ce domaine, notre large gamme de produits et l’investissement croissant dans la technologie, la recherche et le développement. Les produits et solutions de refroidissement que nous avons lancés tout au long de l’année 2020 et notre feuille de route d’innovation tournée vers l’avenir continueront à offrir une technologie de premier plan à nos clients, leur permettant d’atteindre des objectifs d’efficacité et de durabilité plus ambitieux.”

Le groupe a annoncé récemment plusieurs innovations dans le domaine de la technologie thermique. Notamment Vertiv Liebert OFC, une nouvelle gamme de systèmes de refroidissement à turbocompresseur sans huile, développée en partenariat avec Geoclima.

Le Liebert OFC a été conçu pour utiliser des réfrigérants à faible PRG, incluant le R1234ze et pour offrir un rendement énergétique élevé. De plus, toute la gamme de climatiseurs périphériques a été récemment revue pour une efficacité maximale, y compris le Vertiv Liebert PDX à détente directe avec des compresseurs à vitesse variable et la gamme de refroidissement à eau glacée avec le tout nouveau Vertiv Liebert PCW.

Parallèlement aux innovations internes, Vertiv travaille également avec des groupes de réflexion de l’industrie et est récemment devenu membre platine de l’Open Compute Project (OCP). Le rôle de Vertiv consistera notamment à soutenir des initiatives sur l’adoption du refroidissement liquide dans le cadre des projets Advanced Cooling Solutions (ACS) et Advanced Cooling Facility (ACF). L’objectif est d’apporter des lignes directrices et des meilleures pratiques pour les technologies de refroidissement liquide par immersion et directement sur la puce, mais aussi de permettre aux datacenters de se doter d’un système de refroidissement liquide.

Des innovations futures

Les travaux de recherche de Vertiv dans le domaine des technologies de refroidissement laissent également entrevoir des innovations futures. Selon le rapport Data Center 2025 : Closer to the Edge, l’industrie des datacenters a connu une évolution à grande échelle en faveur de l’économie, sous l’impulsion des hyperscalers et des fournisseurs de colocation tout en gérant le rejet de chaleur au plus près des serveurs par le biais de systèmes de portes arrières froides et de systèmes de refroidissement liquide conçus pour supporter les racks haute densité, usuels dans les installations de calcul haute performance (HPC). Sur plus de 800 professionnels des datacenters qui ont répondu à l’enquête, 42% s’attendent à ce que les futurs besoins de refroidissement soient traités par des systèmes traditionnels, tandis que 22% affirment qu’ils seront gérés par un refroidissement liquide et par l’air extérieur, un résultat probablement dû aux densités de baies beaucoup plus extrêmes qui ont été observées aujourd’hui.

Sur le même sujet

Leave a Comment