Magal de Touba : c’est déjà l’effervescence !

À 24 heures du grand Magal de Touba, c’est déjà l’effervescence dans la cité religieuse qui s’apprête à accueillir des milliers de fidèles.
 

Il y a seulement quelques mois, le monde dissertait sur l’organisation du grand Magal de Touba en cette période de pandémie du Covid-19. Ce débat est bien derrière cette communauté de foi déjà dans l’effervescence. Les panneaux publicitaires sont bien visibles le long des deux voies menant à Mbacké de même que sur la route qui part de l’autoroute Ila Touba. La cité religieuse est déjà «assiégée» à 24 heures de la célébration du plus grand événement de la communauté mouride. Les axes principaux de la cité religieuse grouillent de monde. Les disciples sont venus de toutes les contrées du pays et de l’étranger.

La grande mosquée est le centre de convergence de toute cette foule. Le jet d’eau juste à côté attire les regards. Le service d’ordre peine déjà à contrôler les véhicules et les charrettes, mais aussi à orienter les gens égarés. Les échoppes de fortune fleurissent tout au long de la route menant à la grande mosquée. Certains ont le visage bien masqué. D’autres ont le cache-nez dans leur poche et le s’en couvrent une fois à proximité de la grande mosquée. Les rassemblements, de plus en plus importants, donnent un avant-goût de l’affluence le jour de la célébration.

La «dahira Moukhadimatoul Khidma» veille au respect des gestes barrières. Ils sont 500 éléments à s’y employer à l’extérieur et à l’intérieur de la grande mosquée. Cette année, les plateaux de télévision ne sont pas installés sur l’esplanade de la mosquée. Une jeune femme en profite pour emplir les lieux de sa prestance et de ses litanies. C’est déjà l’ambiance du grand Magal de Touba. Prises d’assaut depuis le début du mois de Safar, les résidences, maisons des chefs religieux et des autochtones ne désemplissent pas. Tout ce beau monde est en communion, attendant impatiemment ce jour de grâce où Cheikh Ahmadou Bamba a accompli l’œuvre de son destin prodigieux.
 
Slogan «Takkal sa masque ngir roy Serigne Bi»

Huitième Khalife général de la communauté mouride, troisième petit-fils de Cheikh Ahmadou Bamba à diriger la destinée de la communauté, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké célèbre son deuxième Magal à cette station.

Il a marqué déjà les esprits pour avoir posé d’innombrables actes destinés à préserver le legs de son illustre ascendant comme l’université de Touba estimée à 37 milliards de FCfa. C’est surtout à travers cette quête de sens et dans sa pédagogie qu’il s’est magistralement distingué. N’a-t-il pas mis le masque pour inciter les disciples à en faire autant et donné à l’État une somme conséquente dans la lutte contre la pandémie ?

Le slogan « Takkal sa masque ngir roy Serigne Bi » (Porter le masque pour suivre le guide) est une belle trouvaille qui atteste de cette relation intelligente entre le spirituel et le temporel. Serigne Mountakha Mbacké a aussi annulé la tenue de la cérémonie officielle du grand Magal de Touba.

Le comité d’organisation, suivant la logique du Khalife général, a aussi opté pour l’organisation en mode virtuel du colloque de cette année dont le thème central est : «La Khidma et les œuvres de bienfaisance : mécanismes spirituels pour faire face aux conséquences de la pandémie du coronavirus».

Le Soleil

Sur le même sujet

Leave a Comment