« Les putschistes doivent se mobiliser pour combattre les groupes djihadistes » (Moustapha Diakhaté)

Le propos est de Moustapha  Diakhaté. En effet, lors du dernier sommet extraordinaire par visioconférence, l’instance régionale a pris acte de la démission d’Ibrahima Boubacar Keita tout en promettant de garder sur un œil sur la junte militaire.

« En exigeant des militaires putschistes de rendre le pouvoir aux civils et de regagner les casernes, la Cedeao a fait le bon choix », affirme ensuite l’ex député et président du groupe parlementaire de la majorité.

« En ce temps de massacres intra-communautaires, d’attaques djihadistes, de menaces de partition du Mali, la place des militaires n’est dans le Palais présidentiel encore moins dans les ministères à Bamako. Tous les militaires putschistes doivent regagner les casernes ou le théâtre des opération pour combattre les terroristes et défendre l’intégrité du territoire malien », a-t-il poursuivi.

Pour l’ancien compagnon de Macky Sall, le Sénégal dont un contingent de pas moins de 1300 membres est déployé dans le centre du Mali depuis 2018 pour aider à rétablir l’autorité de l’État, à la réconciliation et à la protection des civils, doit faire preuve de plus de fermeté à l’égard de la junte.

« Notre pays ne peut pas faire la guerre pour le Mali à la place de ses militaires. Les putschistes doivent se mobiliser pour combattre les groupes djihadistes et se concentrer sur les vraies missions républicaines des armées », a-t-il dit.

« Les putschistes doivent se mobiliser pour combattre les groupes djihadistes et se concentrer sur les vraies missions républicaines des armées. »

Le propos est de Moustapha  Diakhaté. En effet, lors du dernier sommet extraordinaire par visioconférence, l’instance régionale a pris acte de la démission d’Ibrahima Boubacar Keita tout en promettant de garder sur un œil sur la junte militaire.

« En exigeant des militaires putschistes de rendre le pouvoir aux civils et de regagner les casernes, la Cedeao a fait le bon choix », affirme ensuite l’ex député et président du groupe parlementaire de la majorité.

« En ce temps de massacres intra-communautaires, d’attaques djihadistes, de menaces de partition du Mali, la place des militaires n’est dans le Palais présidentiel encore moins dans les ministères à Bamako. Tous les militaires putschistes doivent regagner les casernes ou le théâtre des opération pour combattre les terroristes et défendre l’intégrité du territoire malien », a-t-il poursuivi.

Pour l’ancien compagnon de Macky Sall, le Sénégal dont un contingent de pas moins de 1300 membres est déployé dans le centre du Mali depuis 2018 pour aider à rétablir l’autorité de l’État, à la réconciliation et à la protection des civils, doit faire preuve de plus de fermeté à l’égard de la junte.

« Notre pays ne peut pas faire la guerre pour le Mali à la place de ses militaires. Les putschistes doivent se mobiliser pour combattre les groupes djihadistes et se concentrer sur les vraies missions républicaines des armées », a-t-il dit.

Sur le même sujet

Leave a Comment