“Les putschistes doivent se mobiliser pour combattre les groupes djihadistes” (Moustapha Diakhaté)

Le propos est de Moustapha  Diakhaté. En effet, lors du dernier sommet extraordinaire par visioconférence, l’instance régionale a pris acte de la démission d’Ibrahima Boubacar Keita tout en promettant de garder sur un œil sur la junte militaire.

“En exigeant des militaires putschistes de rendre le pouvoir aux civils et de regagner les casernes, la Cedeao a fait le bon choix”, affirme ensuite l’ex député et président du groupe parlementaire de la majorité.

“En ce temps de massacres intra-communautaires, d’attaques djihadistes, de menaces de partition du Mali, la place des militaires n’est dans le Palais présidentiel encore moins dans les ministères à Bamako. Tous les militaires putschistes doivent regagner les casernes ou le théâtre des opération pour combattre les terroristes et défendre l’intégrité du territoire malien”, a-t-il poursuivi.

Pour l’ancien compagnon de Macky Sall, le Sénégal dont un contingent de pas moins de 1300 membres est déployé dans le centre du Mali depuis 2018 pour aider à rétablir l’autorité de l’État, à la réconciliation et à la protection des civils, doit faire preuve de plus de fermeté à l’égard de la junte.

“Notre pays ne peut pas faire la guerre pour le Mali à la place de ses militaires. Les putschistes doivent se mobiliser pour combattre les groupes djihadistes et se concentrer sur les vraies missions républicaines des armées”, a-t-il dit.

“Les putschistes doivent se mobiliser pour combattre les groupes djihadistes et se concentrer sur les vraies missions républicaines des armées.”

Le propos est de Moustapha  Diakhaté. En effet, lors du dernier sommet extraordinaire par visioconférence, l’instance régionale a pris acte de la démission d’Ibrahima Boubacar Keita tout en promettant de garder sur un œil sur la junte militaire.

“En exigeant des militaires putschistes de rendre le pouvoir aux civils et de regagner les casernes, la Cedeao a fait le bon choix”, affirme ensuite l’ex député et président du groupe parlementaire de la majorité.

“En ce temps de massacres intra-communautaires, d’attaques djihadistes, de menaces de partition du Mali, la place des militaires n’est dans le Palais présidentiel encore moins dans les ministères à Bamako. Tous les militaires putschistes doivent regagner les casernes ou le théâtre des opération pour combattre les terroristes et défendre l’intégrité du territoire malien”, a-t-il poursuivi.

Pour l’ancien compagnon de Macky Sall, le Sénégal dont un contingent de pas moins de 1300 membres est déployé dans le centre du Mali depuis 2018 pour aider à rétablir l’autorité de l’État, à la réconciliation et à la protection des civils, doit faire preuve de plus de fermeté à l’égard de la junte.

“Notre pays ne peut pas faire la guerre pour le Mali à la place de ses militaires. Les putschistes doivent se mobiliser pour combattre les groupes djihadistes et se concentrer sur les vraies missions républicaines des armées”, a-t-il dit.

Sur le même sujet

Leave a Comment