“Le nouveau gouvernement, une coalition politicienne fruit de négociations secrètes” (PDS)

Le Parti démocratique sénégalais (PDS) a commenté le remaniement qui a vu l’entrée de cadres de Rewmi et d’anciens du PDS comme Oumar Sarr.

“Cette coalition politicienne, fruit de négociations secrètes, guidées par des intérêts personnels est aux antipodes des préoccupations de nos compatriotes qui aspirent à des améliorations notables notamment en matière de sécurité alimentaire, d’accès à l’école, à l’eau et aux soins en ces temps de pandémie du coronavirus. Au demeurant, en avouant publiquement, qu’il discutait depuis plusieurs mois, dans l’opacité la plus totale, avec Macky Sall, un membre de la nouvelle alliance présidentielle a fait la preuve que le dialogue politique national était une vaste tromperie destinée à détourner l’attention des Sénégalais”, commente-t-on dans un communiqué signé par le porte-parole Tafsir Thioye.

Et d’ajouter : “Constituée spécialement en vue d’imposer aux sénégalais un éventuel troisième mandat, cette équipe de circonstance se résume en réalité à des marchandages politiciens et n’est assurément pas à la hauteur des immenses défis auxquels notre pays est confronté. En effet, ce nouveau gouvernement n’est porteur d’aucune rupture avec la pratique du pouvoir du Président Macky Sall depuis 2012 qui n’est qu’une succession de scandales économiques et financiers, de reniements, de mensonges, de calculs politiques, de cynisme et de manipulation de l’opinion publique. Cette gouvernance clanique et sans éthique ne fait que renforcer le sentiment de rejet de la classe politique comme en atteste la forte déception manifestée par des millions de Sénégalais après l’annonce de la composition du nouvel attelage gouvernemental.”

Les libéraux de rappeler que les priorités pour les Sénégalais sont, notamment le respect des engagements du président vis-à-vis du peuple sénégalais quant à une justice indépendante et équitable pour tous, le respect des droits et libertés de tous les Sénégalais sans exception ; une lutte sérieuse contre la mauvaise gouvernance que le Sénégal connaît depuis le début de la deuxième alternance et qui se manifeste à travers une déperdition budgétaire sans précédent, des détournements de deniers publics à une échelle industrielle, des marchés fictifs, des surfacturations et surtout un affaiblissement dangereux et inacceptable des corps de contrôle de l’Etat ; une transparence dans la gestion du processus électoral et un respect des droits de l’ensemble des acteurs politiques ; une bonne prise en charge des préoccupations sociales et économiques des sénégalais ; un arrêt immédiat de la violation des lois du pays, du népotisme et du partage indécent du patrimoine foncier, immobilier et matériel et des deniers publics de notre pays au profit de quelques privilégiés du régime BBY ; l’accès aux soins de santé, au logement, à l’emploi décent et une réduction importante de la cherté de la vie ; une prise en charge réelle et efficace de la question de l’émigration clandestine qui décime dangereusement notre valeureuse jeunesse.

Sur le même sujet

Leave a Comment