La cybersécurité intégrée offre efficacité et performance dans un environnement complexe

Selon une étude d’IDC, 75 % des entreprises à travers le monde reconnaissent que le manque d’intégration d’un environnement de sécurité peut faire perdre du temps aux équipes qui la pilotent.

Les entreprises sont déjà confrontées à deux défis majeurs en matière de sécurité :

• Un contexte de cybermenaces aux multiples facettes : la situation se caractérise par un nombre croissant de menaces et d’attaques, la possibilité de lancer facilement des attaques grâce à des outils et des données disponibles sur le Dark Web, des menaces mixtes qui combinent des attaques de volume (par exemple, DDoS) avec des dangers plus furtifs, et des attaques sophistiquées lancées par des gangs criminels et des étatsnations déterminés.

• Une pénurie mondiale de professionnels de la sécurité : dans l’édition du second semestre 2018 du Worldwide Technology Employment Impact Guide, IDC prévoyait que 10,5 millions d’employés supplémentaires à temps plein, dotés de compétences spécialisées en IT, dont 9,6 % dans le domaine de la sécurité, seraient nécessaires au cours de la période 2018-2023. Une étude récente de (ISC) 2 a recensé plus de 4 millions de postes de sécurité non pourvus dans le monde en 2019, dont 291 000 en Europe.

L’enquête européenne sur la sécurité d’IDC, datée de 2019, montrait quant à elle que pour 58 % des entreprises, la pénurie de compétences constituait une priorité importante en matière de sécurité (les deux premières sur les cinq mises en avant).

Cette combinaison de facteurs fait qu’il est primordial que les équipes de sécurité fonctionnent efficacement avec les outils dont elles disposent. Dans le cas contraire, leurs entreprises sont confrontées à des risques importants et croissants de cyberattaques pouvant impacter leurs opérations, leurs stratégies commerciales, leur réputation et pouvant les rendre passibles de sanctions réglementaires.

Assurer des opérations de sécurité efficaces reste un défi majeur. Les personnes interrogées en Europe dans le cadre d’une récente enquête IDC ont déclaré que le frein le plus important à l’amélioration des capacités de sécurité informatique de leur entreprise résidait dans le fait que les équipes de sécurité passaient trop de temps à maintenir et gérer des outils plutôt qu’à effectuer des analyses. L’utilisation de plusieurs tableaux de bord, ajoute également à cette complexité (voir figure 1).

Lire la suite : https://www.idc.com/

Sur le même sujet

Leave a Comment