La commercialisation de la production arachidière : les producteurs déchirent le prix du Président de la République

La fixation du prix aux producteurs de l’arachide : un anachronisme dans une économie de marché,

Libérer les paysans du CNIA : une urgence absolue

A l’heure de la liberté économique, il urge de mettre un terme à 60 ans d’infantilisation des producteurs d’arachide.

Ils ne peuvent pas bénéficier des bienfaits de la mondialisation qu’en se libérant du joug de CNIA, de la bureaucratie d’Etat et des lobbies huiliers . Il s’agit d’inventer de nouveaux rapports entre l’Etat et les arachidiers sur de nouvelles bases économiques.

L’enjeu est d’engager le processus de rupture des carcans infantilisants, avilissants, humiliants et inefficaces dans lequel se trouvent les paysans sénégalais depuis l’époque coloniale.

Seuls des paysans biens formés, libres, audacieux, prêts à s’engager dans des reformes libérales de fond peuvent faire leur part du chemin de la construction nationale.

Les libertés en question sont celles qui gouvernent l’économie de marché et elles ne font aucune place à l’infantilisation du monde rural.

Les libertés économiques exigent que les prix résultent des réalités du marché.

C’est absurde qu’un Président de la République fixe le prix du kg à 250 francs de CFA au moment où les arachidiers arrivent à écouler, dans un marché libre, leurs productions à plus de 300 francs de CFA le kg et le sac de pailles d’arachide à 4 000 francs.

Vive la République !

Qu’ALLAH swt Bénisse le Sénégal !

Moustapha Diakhaté

Sur le même sujet

Leave a Comment