Justice : Birahim Seck répond au président de la Cour suprême

Birahim Seck a réagi à la sortie du premier président de la Cour suprême, Cheikh Tidiane Coulibaly, à propos de la brouille entre le ministre de la Justice, Me Malick Sall, et le premier président de l’Union des magistrats du Sénégal (UMS), Souleymane Téliko.

Pour ce membre du Forum Civil, objectivement, il ne s’agit pas de constater les ‘’attaques’’ contre la justice mais, de mettre en œuvre les réformes arrivées à maturation pour une Justice indépendante et crédible.

Le rapport du Comité de concertation sur la modernisation de la justice, une bonne base

« La justice a cessé d’être, juste, un enjeu politique. Dans la perception des Sénégalais, elle est devenue un objet politicien au profit d’un groupe ou d’un clan, ce qui est dommageable à la transparence et à la promotion de la démocratie. »

Et d’indiquer ensuite que le rapport du Comité de concertation sur la modernisation de la justice est assurément une bonne base pour apporter les réformes nécessaires au Statut des magistrats, au Conseil supérieur de la Magistrature et à la carte judiciaire du Sénégal.

“On attend la Cour suprême sur ces réformes” (Seydi Gassama)

A ce niveau, clame Birahim Seck, la Cour suprême a un rôle éminent à jouer au service de l’intérêt général.

« Vous ne croyez pas si bien dire. Au moins deux rapports qui contiennent des propositions pertinentes sur l’indépendance de la justice moisissent dans les tiroirs du Président et du Garde des Sceaux. On attend la Cour suprême sur ces réformes », a rebondi Seydi Gassama de Amnesty Sénégal à la suite de son tweet.

Sur le même sujet

Leave a Comment