Intercommunalité : Malicounda, Nguéniène et Sandiara créent l’Agropole de l’Ouest

Trois communes du département de Mbour s’allient pour mettre en pratique une ambition commune. Il s’agit d’une intercommunalité que les trois maires ont lancée, vendredi, et dont la première pierre consiste à l’exploitation commune d’un agropole dont les investissements s’élèvent à environ 100 milliards de FCFA.

L’Entente intercommunale Malicounda-Nguéniène-Sandiara a été matérialisée, hier, 5 février 2021, à Mbour, en présence du préfet du département. Une entité dont le bureau se compose de trois présidents et de trois vice-présidents et chapeauté par le maire de Sandiara, Serigne Guèye Diop qui en est le président. Structure quasi-inédite dans le pays, cette Entente sera un cadre pour mutualiser les efforts et mettre en commun des projets de développement. C’est le vœu exprimé par les trois maires dont la première action est l’exploitation d’un agropole commun, comme l’a souligné son président.

«Notre intercommunalité va donner des résultats parce qu’elle est basée sur un projet concret, un projet économique, un projet laitier, un projet industriel, un projet horticole. C’est le projet de l’Agropole de l’Ouest initié par les trois maires et aujourd’hui pris comme exemple par l’État», a déclaré Dr Diop. Il a renseigné que dans un premier temps, il sera créé des commissions économique, commerciale et financière pour mettre en place l’Agropole.

«Nous allons, dès la semaine prochaine, convoquer le Conseil intercommunal pour parler de la structure et aussi parler de la mise en œuvre du projet. Nous allons également, dans les prochains jours, procéder à la pause de la première pierre», a-t-il ajouté.

L’Agropole va coûter, selon ses initiateurs, 54 milliards de FCfa et va créer 5.000 emplois. Aussi, ces derniers attendent-ils des investissements privés de l’ordre de 50 milliards de FCfa. «Du coup, l’ensemble des investissements publics comme privés seront autour de 100 milliards de FCfa», a indiqué le maire de Sandiara.

Dans sa phase opérationnelle, l’Agropole sera constitué de quatre structures.

La première, ce sont les Domaines agricoles communs où, selon Dr Diop, les jeunes seront à la fois opérateurs, employés et actionnaires à raison de 100 jeunes par commune sur 50 hectares.

La deuxième structure sera la Zone d’élevage située sur 200 hectares. «Elle est appelée à concentrer toutes les associations d’éleveurs des trois communes», a-t-il expliqué. La troisième zone, c’est la Zone Agrobusiness.

Ce sera, selon le maire de Sandiara, une zone de 750 hectares qui va permettre de produire 8 millions de litres de lait, 3.000 vaches laitières et surtout, abriter ce qu’on appelle le Centre agro-industriel qui est un centre industriel de services, d’emballages de produits, de production d’œufs, de lait, de viande. «L’Agropole sera enfin un grand centre de formation pour les jeunes aux métiers de l’agriculture», a détaillé Dr Diop.

Maguette Sène, maire de Malicounda a affirmé qu’une nouvelle collectivité territoriale est née dans le département de Mbour. Ce, conformément aux disposions prévues par le Code des collectivités territoriales que des communes puissent s’associer pour mener un projet commun.

«Nous l’avons compris et nous savons que c’est très rare au Sénégal. De mémoire, je crois que c’est la Communauté urbaine de Dakar qui a réussi dans une entente entre plusieurs communes, à gérer les ordures. À ma connaissance, c’est la deuxième fois que des communes se réunissent et se formalisent», a fait noter M. Sène. Il a estimé que cette trouvaille est une innovation sur le plan de la décentralisation. Le maire de Nguéniène, Maguèye Ndao, s’est surtout félicité de l’esprit de collaboration qui a prévalu dans la mise en place de cette entité et espère qu’elle fera tache d’huile dans d’autres zones.

Le Soleil

Sur le même sujet

Leave a Comment