Inondations : « Si on n’avait pas tous ces ouvrages, on ne parlerait pas de 6 morts » (DG ONAS)

A l’image du président Macky Sall, le directeur général de l’Office national de l’assainissement du Sénégal (ONAS) met les inondations dans le contexte d’une pluviométrie exceptionnelle. Par rapport à 2018 et 2019 notamment. Ce qui a provoqué au moins 6 morts.

« Heureusement que nous avons l’ONAS. Si nous n’avions pas ces ouvrages, ce serait plus dramatique », relativise Lansana Gagny Sakho sur Iradio, ce dimanche, convaincu que l’assainissement est un secteur dans lequel les investissements sont très lourds.

A preuve, les problèmes à Ouest-Foire, Hamo 4, Hamo 5 ont été réglés. Pareil à Ndiawar Ndiagne (Diamaguene Sicap Mbao), Cité Ndiounkhop (Sam Notaire), Rusfique et autres zones qui n’ont pas eu d’inondations cette année.

Il reconnaît toutefois qu’il y a des points assez critiques comme Keur Massar, l’Unité 15 des Parcelles. Où il n’y a pas d’ouvrages. Ce qu’on ne peut régler en un an, concède-t-il. Vu qu’il y a d’autres priorités comme les abris provisoires…

La réponse aux accusations de Sonko

A l’issue d’une tournée dans les zones sinistrées, le député Ousmane Sonko révélait que seuls 48 sur les 764, 5 milliards FCfa du plan décennal ont été dépensés.

A ses yeux, il s’agit d’un montant à mobiliser en dix ans, plutôt à dépenser en fonction de ce qu’on peut mobiliser.

Le budget est établi en trois phases. Et dans la troisième reversée aux eaux pluviales dont le montant est de 274 milliards, il y a l’ONAS, l’APIX, l’ADM…

Gagny Sakho de relever que l’ONAS, seul, a droit à 80 milliards. Et de mettre le leader du parti Pastef au défi de venir dans ses locaux, dès ce lundi, pour lui montrer les documents. Un moyen d’inviter à aller à l’information et ne pas faire dans la politique politicienne pour créer du buzz : « La Chine a été inondée mais on ne va pas dire qu’elle a échoué. De même que le Tchad. Si on n’avait pas tous ces ouvrages, on ne parlerait pas de 6 morts. Je ne nie pas les problèmes de Keur Massar mais cela est dû à une situation exceptionnelle – fortes pluviométries. J’en profite pour exprimer toute notre compassion. »

« Continuer à investir dans des ouvrages structurants »

Prêt, comme le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye, à répondre aux questions des députés, à l’Assemblée nationale, il promet en outre de travailler à régler notamment les problèmes de Keur Massar si le financement est mobilisé l’année prochaine.

Autre exemple, Grand-Yoff qui est à limage de ce que nous trouvons à la Médina et dans certains coins des Parcelles Assainies avec des rues tout le temps mouillées. Là-bas, l’ONAS est entrain de travailler avec une société pour renouveler les conduites sous dimensionnées.

Le DG d’assurer qu’à côté du plan décennal, il y a des investissements en cours de 260 milliards dont le projet de dépollution de la Vdn (40 milliards), la dépollution de la baie de Hann.

A l’en croire, il y a une cinquantaine de plans directeur d’assainissement. Et avoir la capacité, c’est changer les ouvrages en deux ans : « Gouverner, c’est prévoir mais on ne peut faire face à des catastrophes naturelles en un coup. Si dans les prochaines heures, il y a de fortes pluies, il y aura des inondations. Mais avec le plan Orsec, nos équipes vont réagir plus rapidement. Le défi, c’est de continuer à investir dans des ouvrages structurants. »

Sur le même sujet

Leave a Comment