Fin état d’urgence : reprise du plus vieux métier au monde

Comme des rats qui sortent de leur trou, les belles de nuit envahissent les espaces de plaisir et accélèrent la cadence depuis la fin des restrictions liées au couvre-feu.

Entre prostituées professionnelles, racoleuses et “mbaraneuses”, elles sont légion les belles de nuit qui ont repris le jeu sexuel nocturne à Dakar et le reste du pays. C’est le rush dans les endroits de plaisir de la capitale où les filles, les plus racées, sortent de leurs niches pour aller à l’assaut de la clientèle.

Bref, une race de filles voraces chasse, sans répit, le moindre félin capable de mettre la main à la poche.

Kritik

Sur le même sujet

Leave a Comment