Évaluation du plan de développement sanitaire : Diouf Sarr salue le rôle des maires

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale a présidé ce jeudi 17 décembre, au King Fahd, la réunion du Comité interne de suivi du Plan national de développement sanitaire et social (2019-2028).

Une étape d’évaluations des résultats de la dernière mission conjointe de supervision autour de la continuité des services de santé et d’action sociale dans le contexte de Covid-19 à Louga et Saint-Louis. Et du suivi de la mise en œuvre de la réforme portant sur les comités de développement sanitaire (CDS) dans la région de Thiès.

Pour Abdoulaye Diouf Sarr, l’enjeu de taille était de voir comment poursuivre de manière globale les services de santé et d’action sociale. Afin que la pandémie ne laisse pas d’autres effets collatéraux.

A certains endroits d’ailleurs, constate le ministre, il a été noté une amélioration des prestations de santé et d’action sociale. D’un autre côté, il y a un gap à corriger rapidement pour que ça n’impacte pas sur les indicateurs.

99% des CDS installés

S’agissant des Comités de développement sanitaire, Diouf Sarr apprend que les 99% ont été installés.

“Cette nouvelle gouvernance de la santé au niveau territorial met l’élu local au centre”, a-t-il dit, se réjouissant d’ailleurs de la présence de l’Association des élus locaux qui portent, avec responsabilité, la compétence que l’État a bien voulu leur transférer dans le cadre de la décentralisation.

“Les maires jouent un rôle essentiel dans la direction des CDS. Il y a un processus de formation qu’il faut mettre en œuvre. Mais il faut se réjouir de la bonne prise en charge, à certains endroits, des CDS. Il peut y avoir des limites dans d’autres. Globalement, nous avons une bonne réforme qu’il faut certes parfaire”, a expliqué l’édile de Yoff non sans citer l’exemple de la commune de Niakhène.

Sur le même sujet

Leave a Comment