Deuxième vague : Diouf Sarr ne danse pas au rythme des artistes

Contrairement aux sportifs qui peuvent démarrer leurs compétitions tout en se conformant aux exigences sanitaires – huis-clos par exemple – les artistes, eux, ne pourront reprendre leurs activités. Ce malgré la rencontre avec le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diom.

En marge de la réunion du Comité interne de suivi du Plan national de développement sanitaire et social (2019-2028), le ministre de la Santé n’a pas voulu s’épancher sur une quelconque catégorie. Pour Abdoulaye Diouf Sarr, la bataille contre la deuxième vague de Covid-19 appelle à un sursaut de toutes les communautés.

“Je ne spécifie pas. Je ne parle pas des artistes, sportifs, des pêcheurs… Je parle de principes et d’orientations. On ne peut pas économiser cette rigueur. Il faut que tous les Sénégalais respectent ces mesures pour remporter cette lutte”, a-t-il asséné.

A ses yeux, il y a quatre niveaux d’interventions. Notamment la prévention qui repose sur l’application des mesures barrières au niveau de toutes les communautés, toutes les personnes. Ensuite il y a la détection, la prise en charge et la logistique.

Les CTE réactivés

Et de déclarer : “Aujourd’hui, nous avons réactivé les Centres de traitement des épidémies (CTE) pour prendre en charge cette deuxième vague mais aussi le dispositif de prise en charge des urgences pour les cas graves. Au plus haut de la première vague, les cas graves tournaient autour d’une quarantaine. Au moment où je vous parle, nous avons la possibilité de soutenir les cas graves et de nous rendre confortable.”

“Si on ne respecte pas les gestes barrières…”

Le ministre reste convaincu que la détection des cas ne pose pas de problème. Tous les cas suspects étant testés via les laboratoires installés dans tout le pays.

“L’élément majeur de la prévention est le respect  des mesures barrières. Il faut se rendre à l’évidence – si on ne les respecte pas, nous risquons une situation qui sera dommageable. C’est pourquoi, nous continuons à lancer un appel pour que chaque Sénégalais se dise que le combat, c’est à son niveau. A travers le port du masque, la distanciation sociale et le lavage des mains. Mais aussi éviter ces événements qui occasionnent cette promiscuité porteure de propagation du virus. C’est là, la clé du succès de notre riposte”, a-t-il ajouté.

Sur le même sujet

Leave a Comment