Covid-19 – Abdoulaye Diouf Sarr : “Comment ne pas en arriver à un couvre-feu”

Au lendemain de l’appel du président Macky Sall qui a demandé, en Conseil des ministres, à veiller au respect des gestes barrières, Abdoulaye Diouf Sarr a échangé avec les experts du Comité national de gestion des épidémies (CNGE).

Après une accalmie, près de 200 cas positifs ont été enregistrés ces 5 derniers jours. Ce que le ministre de la Santé qualifie de situation exceptionnelle. “Parce que jusque-là, la pandémie était dans une phase de régression. Et c’était constaté par les chiffres”.

Il précise tout de même que dans une analyse mensuelle, il y a eu plus de contamination en octobre qu’au mois de novembre.

Sauf que si on regarde les évolutions sur une très courte période, relève Diouf Sarr, il faut se rendre à l’évidence, être réaliste et constater que quelque chose est entrain de se passer. D’où la nécessité de prendre des mesures idoines.

L’arrêté dépoussiéré

“Il faut absolument le strict respect de l’arrêté du ministère de l’Intérieur sur les mesures barrières. A ce niveau, des choses vont être faites pour que cet arrêté qui est en vigueur jusqu’au 5 janvier (2021) soit respecté dans cette période. Après, il y a une mobilisation nationale à reprendre, que tout le pays soit debout pour que ces mesures barrières entrent dans la routine des Sénégalais. Il s’agit du port systématique du masque, et partout, du respect de la distance physique mais aussi de l’interdiction des regroupements. A ce niveau, un travail sera fait. Pour le reste, du point de vue de la communication, c’est utiliser tous les leviers communautaires pour communiquer avec les populations. Dans les jours qui viennent, nous allons stabiliser tout cela mais surtout nous préparer dans la mise en œuvre. Car une chose est de mettre en place un dispositif, une autre est de mettre en place l’ensemble des mécanismes pour que la mise en oeuvre se passe de la manière la plus efficace au bonheur des populations.”

Le ministre a beaucoup insisté sur le respect du port du masque dans les transports et dans les écoles. “Notre arme la plus importante, c’est le respect du port du masque. Vivre avec le virus qui circule, c’est prendre la précaution de ne pas le transmettre à l’autre ni de le recevoir de l’autre. Il faudra prendre toutes les dispositions avec les acteurs de la riposte, notamment le ministère de l’intérieur et celui en charge des Transports terrestres pour que le port du masque dans les transports publics soit systématiquement respecté.”

Application rigoureuse

Abdoulaye Diouf Sarr n’a pas écarté le retour du couvre-feu. “Nous ne le souhaitons pas pour l’instant. Nous estimons qu’il faut prendre toutes les dispositions. Les Sénégalais, de par le respect de l’arrêté du ministère de l’Intérieur, ont les moyens de ne pas en arriver là. Il faut absolument qu’on respecte ces mesures barrières pour ne pas en arriver là. Mais s’il le faut pour sauver les Sénégalais, on va en arriver là”, tranche-t-il.

Toujours dans le cadre de la riposte multifactorielle, il compte travailler avec ses collègues de l’Enseignement Supérieur, de l’Éducation nationale, du Commerce, du Travail. Afin que chacun, en ce qui le concerne, fasse en sorte que les mesures barrières soient appliquées de la manière la plus rigoureuse.

Sur le même sujet

Leave a Comment