“Certains sénégalais et africains sont les “nègres” d’autres sénégalais et africains” (par Guy Marius Sagna)

En 2000, à la première manifestation réprimée devant la Senelec (rue Vincent), pour exiger la réintégration des travailleurs de la Senelec licenciés et dénoncer la privatisation de la Senelec, les policiers m’avaient bastonné et cerise sur le gâteau m’avaient traité de “Niak”.

Aujourd’hui encore certains me traitent de guinéen. Des frères et sœurs africain.e.s sont traités de “niak”. Que signifie “niak” ? Sauvage ?

Aujourd’hui qu’on parle de propos insultants, méprisants et racistes qui infériorisent, il est bon de se regarder les yeux dans les yeux et de se dire aussi certaines vérités.

Certains d’entre nous traitent des sénégalais, des africains comme les racistes traitent les noirs c’est à dire avec mépris.

Certains d’entre nous réagissent quand c’est un africain qui est victime de racisme. Mais se taisent devant l’esclavage – et donc le racisme – en cours en Mauritanie. Face au racisme vécu par nos sœurs surtout au Liban, en Arabie Saoudite…

Certains d’entre nous continuent de faire vivre les castes féodales. Certains d’entre nous pensent que les parents ou grands parents d’autres Sénégalais sont supérieurs aux parents ou grands parents d’autres Sénégalais.

Pire, l’État du Sénégal demande des certificats de nationalité à certains sénégalais portant certains noms de famille et ne demande rien à d’autres du fait de leur nom. Quelle discrimination !

Un autre Sénégal dans une autre Afrique c’est aussi un Sénégal et une Afrique où tous les Africain.e.s sont égaux en droit et en dignité.

Sur le même sujet

Leave a Comment