Casamance : 4 personnes portées disparues depuis 2 ans, les familles entre espoir et angoisse

Deux ans qu’elles sont sans nouvelles d’eux, deux ans d’angoisse et de désolation, les familles des 4 personnes portées disparues dans la forêt de Niadiou, dans le sud Est de la Casamance sont partagées entre un hypothétique espoir et l’angoisse d’une disparition définitive.

Partis à la cueillette de fruits sauvages en août 2019, Fodé Konaté et trois autres personnes sont toujours introuvables. Aujourd’hui, le spectre de la disparition des couples français Cave et Gagnére hante la quiétude de ces familles qui restent divisées sur la question du deuil à observer.

La femme de Fodé, à peine la trentaine, garde encore l’espoir de retrouver son mari. « Elle refuse de faire le deuil de son mari et à chaque fois que la question est abordée au sein de la famille, elle trouve une parade pour retarder sa position. Récemment, évoquant la question, elle a prétexté attendre après le baptême du fils de sa grande sœur pour décider. Or nous tous, nous avons perdu espoir de retrouver Fodé. Cela fait presque deux ans que nous n’avons plus de nouvelles ni de traces de Fodé », nous confie Ibrahima Sakho, l’oncle de Fodé Konaté, porté disparu.

«Nous redoutons le pire pour elle car elle est jeune et on ne sait pas ce qui pourrait advenir. Au moins qu’elle porte le deuil et après si elle veut, elle se remarie. Maintenant, si un jour son mari réapparait, on pourra toutefois casser ce mariage pour lui permettre de retrouver Fodé», explique le vieux Ibrahima Sakho qui dit avoir épuisé toutes les pistes de recherches pour retrouver son neveu.

« Je suis parti jusqu’en Guinée Bissau dans un village qu’on appelle Boffa, j’ai cherché, demandé mais rien, pas de traces ni de nouvelles de Fodé », martèle-t-il.

« Je me rappelle il y a un an, quelqu’un nous avait signalé la présence de quatre personnes détenues par des hommes armés qui travailleraient dans les champs contrôlés par ces individus armés dans la forêt. Mais, depuis lors plus de nouvelles, cette lueur d’espoir s’est vite effritée », lance M. Sakho plongé dans une totale désolation.

Depuis lors, aucune nouvelle. Même les récentes opérations de ratissage menées par l’Armée dans la zone n’ont pas permis de retrouver leur moindre trace. Sont-elles toujours vivantes ? Ou sont-elles ? Ont-elles été tuées ?

Un grand mystère entoure la réponse à ces questions comme ce fut le cas dans les années 80 avec la disparition des couples Cave et Gagnère dans la forêt casamançaise.

Avec Sud Quotidien

Sur le même sujet

Leave a Comment