Caricatures du Prophète : « La réponse du musulman est dans le Coran » (Serigne Mansour Sy Djamil)

Serigne Mansour Sy Djamil n’est pas contre les caricatures. « Ça dépend du type de caricature », relativise le marabout-politicien, sur Iradio, ce dimanche, convaincu qu’aucun musulman ne saurait accepter celles utilisées par Charlie Hebdo, en France. Tout comme qu’aucun Français n’accepterait qu’on mette à nu le président Emmanuel Macron.

Aujourd’hui, il ne reconnaît plus le pays de Marianne qu’il a tant admiré pour sa littérature, sa cuisine…

« On n’a pas le droit de dépasser certaines limites car, en le faisant, on ne respecte pas l’autre, sa culture… Et la réponse du musulman est dans le Coran. Dieu n’a jamais dit au Prophète ou à quelqu’un d’autre de répondre par une kalachnikov ou de tuer. Il a dit : ‘’supporter ce qu’on vous dit quelque soit la laideur’’ », a commenté ensuite le député et leader du mouvement citoyen Bes du Niakk.  

Contre cette liberté de ne pas respecter autrui

A ses yeux, la liberté d’expression, ce n’est pas la liberté de ne pas respecter autrui. En caricaturant, les Français savent qu’ils s’attendent à une riposte. Même s’il ne la cautionne pas.

L’ancien cadre de la Banque islamique de développement a vécu pendant 27 ans en Arabie Saoudite. Ils sont contre les Soufi – les Tidianes – mais jamais n’a-t-il été influencé. Parallèlement, il ne comprend pas pourquoi il y a la démocratie chrétienne et non la démocratie musulmane. Ni pourquoi Angela Merkel, chancelière allemande, peut dire qu’elle puise sur les valeurs chrétiennes et non un musulman. « Cela relève de l’Islamophobie, ce qui ne date pas d’aujourd’hui », a-t-il tranché.

Le religieux est également contre le jihadisme tel que ça se pratique au Mali. Le seul qu’il connait, c’est celui d’Oumar Foutiyou, Souleymane Baal… Qui se sont opposés à ce que des gens soient vendus comme des esclaves. C’est pourquoi, à l’époque, ils ont été considérés comme des terroristes.

Sur le même sujet

Leave a Comment