Biram Soulèye Diop (Pastef) : “Ce que je retiens de mon face-à-face avec le doyen des juges Samba Sall”

Placé sous mandat de dépôt le 23 février dernier pour association de malfaiteurs, complicité de diffusion de contenus contraires aux bonnes mœurs, menaces de voie de fait et violence, en même temps qu’Abass Fall, coordonnateur de Pastef Dakar, Biram Soulèye Diop est revenu sur sa rencontre avec feu Samba Sall, doyen des juges.

L’administrateur général de Pastef dit d’abord qu’il n’avais pas à le rencontrer. Mais que ça s’est fait sur la base d’accusations infondées venant du procureur de la République.

“Il (Samba Sall) nous a placés sous mandat de dépôt conformément à la requête de Bassirou Gueye. Il nous a dit qu’il ne pouvait rien y faire. J’ai fait le droit à l’université. Donc je sais qu’il pouvait faire autre chose”, a raconté, ce dimanche, l’invité du Grand Jury (Rfm), convaincu que l’instruction était claire dès le départ.

Sonko aura du travail en 2024 si…

M. Diop refuse de condamner ou pas le parallèle qui est fait entre la mort du doyen des juges et l’arrestation de son leader, le député Ousmane Sonko, pour trouble à l’ordre public et participation à une manifestation non autorisée. “Depuis que je suis sorti de prison, je ne regarde pas ce qui se passe sur Facebook. Je ne réponds pas de l’avis des autres. Je ne suis maître que de mes propos”, a-t-il tranché.

Après 31 jours de séjour carcéral, celui qui a bénéficié d’une liberté provisoire, espère un procès public. Il a aussi remercié le président Macky Sall et le procureur Serigne Bassirou Gueye de lui avoir permis de découvrir la réalité dans les prisons. Et dire qu’en 2024, si Ousmane Sonko est élu président, il aura du travail.

Sur le même sujet

Leave a Comment