Avec Mboro, nous disons Aquatech dégage ! (par Guy Marius Sagna)

Je viens, aujourd’hui, de participer à la marche des populations de Mboro, à l’appel du mouvement citoyen Aquatech Dégage que je félicite fortement.

Avec les populations de Mboro, nous avons crié Aquatech Dégage. Bravo aux mborois qui ont participé à la manifestation.

Nous dénonçons la réforme qui a dépossédé les populations des zones rurales de leurs forages comme à Mboro, à Touba Toul, Mérina Ndakhar…

Avant la venue de Aquatech, c’est a dire quand les populations de Mboro géraient elles mêmes l’eau, le m3 d’eau coûtait 200 FCFA, se brancher à l’eau coûtait 50.000 FCFA. Avec Aquatech, le m3 d’eau revient à 250 FCFA et se brancher à l’eau coûte 109.000 FCFA.

Avec Aquatech, les factures d’eau ont doublé voire triplé.

La canadienne Aquatech comme les autres opérateurs au bénéfice desquels l’accaparement des forages ruraux a été fait ne sont pas là pour exploiter l’eau mais pour exploiter nos concitoyens des zones rurales.

À l’heure où l’on parle de municipalisation de l’eau, de futures guerres de l’eau…il est tout simplement scandaleux que les populations de Mboro restent des jours sans eau et fréquemment du fait d’opérateurs privés qui se font leur beurre sur la douleur des Sénégalais.

Comment en pleine pandémie du coronavirus des populations peuvent-elles être privées d’eau ?

Voilà pourquoi nous félicitons les populations des différentes localités du Sénégal qui disent “Aquatech dégage”.

Aquatech a été dégagée de Touba Toul, Merina Ndakhar…Elle veut entrer à Keur Moussa, Guereo…Les populations de ces localités se mobilisent pour déclarer Aquatech “non grata”. Et elles ont raison.

Nous exigeons une évaluation démocratique de cette réforme antidémocratique qui a été réalisée sans les populations, ce qui explique que cette réforme antipopulaire est contre les populations.

La gestion des forages doit être restituée aux populations. l’État continuera à encadrer, soutenir, mettre des garde-fous, contrôler…

Pourquoi les problèmes avec SEN Eau sont plus médiatisés et mieux pris en charge par le gouvernement que les problèmes d’eau de nos concitoyens des zones rurales ?

Nous dakarois devons nous poser une question : est-ce normal que l’eau fasse des km pour nous alimenter alors que sur tous ces kilomètres énormément de sénégalais n’ont pas d’eau ?

Édifier ou renforcer une nation c’est aussi être solidaire de ses différentes composantes quand elles souffrent et se battent. Pas d’une solidarité virtuelle mais d’une solidarité sur le terrain.

Ensemble nous vaincrons.

Sur le même sujet

Leave a Comment