“Avec le taux de pauvreté qui augmente, nous vendre un taux de croissance est une hérésie” (Meissa Babou, économiste)

Au Sénégal, le taux de croissance du PIB réel est projeté à 5 % à fin décembre 2021, contre une projection initiale de 3,7 %. Mais Meissa Babou met en relief ces chiffres.

“On peut accepter que notre pays, qui n’a jamais été totalement confiné et où les services, surtout les télécoms, marchent très bien, les cimenteries qui n’ont pas arrêté avec tous les chantiers que nous connaissons… il est acceptable qu’on arrive à 5 %. Mais quand on part presque de zéro et qu’on fasse l’effort d’arriver à 3,7 %, c’est déjà conséquent. Seulement, le taux de croissance, c’est l’opium des politiciens. Ils s’y aggrippent pour vendre leur bonne politique, mais le réel est là, et on ne mange pas la croissance”, a analysé l’économiste dans L’Obs.

“Avec le taux de pauvreté qui augmente malgré tous les efforts, nous vendre un taux de croissance, c’est une hérésie. L’inflation peut booster la croissance, il est bon d’avoir une petite inflation de 1 %, parce qu’en économie, cela illustre un dynamisme économique. Mais cette fois-ci, ce qui nous arrive, c’est une pénurie, une inflation qui est extrêmement grave”, a laissé entendre l’enseignant chercheir à la FASEG (UCAD), convaincu que les 1000 milliards FCfa du Covid-19 n’ont pas eu d’impact. Il attend aussi plus de détails du plan de relance de 7000 milliards.

Sur le même sujet

Leave a Comment