Appui aux unités économiques des femmes : la coordonnatrice du CEDAF met les points sur les i

La coordonnatrice du Centre d’appui et de formation des femmes (CEDAF) est revenue ce dimanche sur les critères d’attribution du financement destiné aux femmes du secteur informel impactées par la Covid-19.

Une manière pour Mariama Ndiaye Mbacké de botter en touche les accusations des femmes apéristes de Mbacké commune.

Ecartées, ces dernières ont fait capoter la cérémonie qui devait être présidée par le ministre de la Femme, Ndeye Saly Diop Dieng, ce samedi à la préfecture.

En effet, parmi les critères, il y a la solvabilité. Autrement, celles qui n’ont pas remboursé leur prêt antérieur – 160 millions FCfa rien que pour les femmes de Mbacké – sont écartées d’office.

Madame Mbacké d’assurer que le ciblage s’est fait en parfaite entente avec le préfet, les sous-préfets des trois arrondissements, les services techniques… Mais que cela ne saurait prendre en compte l’appartenance politique vu que le CEDAF est un service dédié à tous les Sénégalais.

« Ces femmes ne rendent pas service au président Macky Sall »

« Ces femmes ne rendent pas service au président Macky Sall. Cela aurait posé problème si ce genre de financement était destiné aux femmes du parti au pouvoir », a-t-elle dit, louant le travail abattu par Ndeye Saly Diop Dieng, en tant que ministre de tutelle et responsable des femmes de l’APR.

160 femmes issues des 16 communes de Mbacké ont reçu leurs appuis. Soit 80 millions FCfa.

Cette phase pilote concerne 8 départements du Sénégal et vise 1000 entrepreneures.

Sur le même sujet

Leave a Comment